Passer au contenu principal

HautemorgesMalmenée par le virus, la fusion maintient le cap

À moins d’une année de son entrée en force, la future nouvelle commune continue à se dessiner.

Les six syndics de la future commune de Hautemorges, qui deviendra effective le 1er juillet 2021. À droite, le syndic de Cottens, François Delay, président du comité de pilotage.
Les six syndics de la future commune de Hautemorges, qui deviendra effective le 1er juillet 2021. À droite, le syndic de Cottens, François Delay, président du comité de pilotage.
Alexandre Grieu

Elle semble déjà loin, la fête que fut l’adhésion des six communes au projet de fusion. C’était le 25 novembre 2018 et, depuis, les habitants d’Apples, Bussy-Chardonney, Cottens, Pampigny, Reverolle et Sévery attendent patiemment de devenir des citoyens de Hautemorges. Pourtant, en coulisses, on ne chôme pas. «Ça avance!» assure en souriant François Delay, président du comité de pilotage et syndic de Cottens. Avant d’avouer que le coronavirus a tout de même joué les trouble-fêtes. «Il nous a freinés, car chaque commune a dû faire face à ses propres problèmes, et nous avons par conséquent levé le pied sur les réunions des groupes de travail. Cette période a été assez compliquée, je ne le cache pas.»

L’entrée en force de Hautemorges est prévue dans dix mois, le 1er juillet 2021. Il n’y a pour l’heure pas de retard en vue sur les préparatifs. Même s’il est difficile de se situer, sachant que chaque fusion est différente et qu’il n’existe que peu de points de comparaison. «Lors d’autres mariages, certaines communes ont simplement voté et ont réalisé les ajustements au fur et à mesure, une fois l’entrée en force passée. C’est surtout le cas quand il y a une localité centre, qui «englobe» les autres, détaille François Delay. Dans notre situation, c’est un vrai départ à zéro, ce qui demande beaucoup de travail.»

Points d’interrogation

Le personnel communal sera pour sa part constitué d’environ 23 équivalents plein-temps, dont les cadres ont été nommés, ainsi que le chef du service technique, qui prendra ses fonctions en septembre. «Il supervisera la voirie, les infrastructures, la police des constructions et tout ce qui concerne le terrain», précise le syndic de Cottens.

Le premier gros point à traiter encore réside dans le budget 2021. En effet, chaque village devra établir le sien avant une mise en commun qui devra permettre de déterminer les lignes affectées par la fusion, comme les vacations des exécutifs pour ne citer que cet exemple. Second élément encore flou, Hautemorges n’a pour l’instant aucune idée de ses dirigeants. Personne n’est officiellement sorti du bois en vue des élections communales de 2021. «On débute un gros travail de communication avec l’aide des présidents de conseil et des secrétaires communaux afin d’informer au mieux tous les habitants du nouveau système, les élections à la proportionnelle, explique François Delay. Concernant la Municipalité (ndlr: dont chaque commune aura à charge d’élire un représentant, à l’exception d’Apples, qui en comptera deux), l’idéal serait que ce soit un élu actuel qui se présente, afin d’assurer une continuité.»

«Nous avons un rôle délicat actuellement, car nous devons anticiper la mise en œuvre, mais sans déborder sur les compétences décisionnelles qui reviendront aux futurs dirigeants»

François Delay, président du comité de pilotage et syndic de Cottens

Le syndic de Cottens annonce qu’il se portera candidat alors que Laurence Cretegny, syndique de Bussy-Chardonney, qui présidera le Grand Conseil en 2021, a laissé entendre qu’elle souhaitait, «sauf cataclysme», continuer l’aventure. Enfin, deux élus en place sont partants, tant à Apples qu’à Pampigny. «Nous avons un rôle délicat, souligne François Delay, car nous devons anticiper la mise en œuvre, mais sans déborder sur les compétences décisionnelles qui reviendront aux futurs dirigeants. C’est un travail d’équilibriste et les élections seront dès lors un palier fondamental qui permettra d’entrer dans le concret.»

Le président du comité de pilotage se dit serein. «On n’aura jamais tout fait à la virgule près, mais notre but est de garantir le fonctionnement de cette nouvelle commune. Il faut que ça roule, et pour l’instant nous allons dans la bonne direction.»