Passer au contenu principal

Film d’animationMartha Jane Cannary porte la culotte

Le formidable western de Rémi Chayé s’affranchit des codes en cavalant avec la future Calamity Jane.

La petite Martha Jane doit rendre des comptes aux hommes du convoi. De quoi se révolter contre les conventions qui obligent à porter des jupons.
La petite Martha Jane doit rendre des comptes aux hommes du convoi. De quoi se révolter contre les conventions qui obligent à porter des jupons.
DR

Le cinéaste Rémi Chayé a appris l’animation chez le maître du «Tableau», Jean-François Laguionie, à coups de gouache posée en à-plats, d’horizons aspirant l’infini par des perspectives qui ne doivent rien à la magie numérique. À 52 ans, au deuxième film, le Français voit enfin son art à l’ancienne aboutir, sacré par le Cristal d’Or au Festival d’animation d’Annecy pour «Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary». Tout enchante dans ce western, de l’intelligence du propos à la fantaisie injectée à la légende, du renoncement au rodéo féministe prévisible à l’humour cavaleur de cette chevauchée en 1863 vers l’Oregon des pionniers américains.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.