Passer au contenu principal

Épidémie de Covid à GenèveMauro Poggia: «On réfléchit à rendre le télétravail obligatoire»

Le ministre genevois de la Santé reste prudent mais entrevoit un premier effet des mesures. Le combat devra se poursuivre dans la durée.

«C’est en apparence un échec mais cela résulte en grande partie de facteurs immaîtrisables», explique Mauro Poggia.
«C’est en apparence un échec mais cela résulte en grande partie de facteurs immaîtrisables», explique Mauro Poggia.
Laurent Guiraud

Genève a atteint la semaine dernière une incidence du Covid record en Europe. Une faillite de notre politique sanitaire? Chargé notamment de la Santé, le conseiller d’État Mauro Poggia répond.

Comment expliquez-vous un tel échec?

C’est en apparence un échec mais cela résulte en grande partie de facteurs immaîtrisables. Je l’ai lu dans vos colonnes: les épidémiologistes eux-mêmes peinent à l’expliquer. Depuis cet été, Genève n’a jamais été en retard quant aux décisions qui s’imposaient, il a même été plutôt en avance: fermeture des discothèques, port du masque dans les établissements publics toutes ces mesures ont été reprises ailleurs. On a peut-être été trop permissifs cet été, mais c’est toujours facile à dire après coup. On a pourtant sévi contre des rassemblements, ce qui a suscité des critiques. Après le confinement du printemps, la population n’était pas prête à faire plus d’efforts. À Genève, où il y a de gros brassages de population, le virus a progressé à bas bruit chez les jeunes qui ont rarement des symptômes. Il était déjà bien implanté quand il a affecté les plus âgés. Les décisions prises ont sans doute évité une situation encore pire.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.