Passer au contenu principal

«Zone à défendre» du MormontMême dispersés, les zadistes estiment avoir gagné

La première ZAD de Suisse est maintenant aux mains des déblayeurs et des policiers qui tentent de déloger les ultimes occupants. Une délégation de soutien s’est réunie devant le commissariat de la Blécherette: «Le combat continue!»

Une quinzaine de militants sont venus demander la libération de leurs camarades mercredi au commissariat de la Blécherette.
Une quinzaine de militants sont venus demander la libération de leurs camarades mercredi au commissariat de la Blécherette.
Erwan Le Bec

C’est le jour d’après sur le Mormont. La colline, qui regroupait mardi encore 150 à 200 zadistes et un nombre aussi impressionnant qu’inconnu de policiers, est aujourd’hui méconnaissable.

Commencée mardi à l’aube, l’évacuation des structures et des occupants du plateau visé par l’extension de la carrière d’Éclépens se poursuit ce mercredi peu à peu, dans une ambiance silencieuse et irréelle, tout le contraire de l’agitation de la veille.

Les paisibles prairies chéries du Collectif des Orchidées sont maintenant occupées par un dispositif de sécurité allégé. Des patrouilles à moto ceinturent la colline pour dissuader le retour des défenseurs du Mormont, quelques gendarmes en tenue antiémeute stationnent, mais surtout des ouvriers de Holcim s’occupent à remettre en état le terrain appartenant au cimentier.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.

Articles en relation