Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

Michel Layaz raconte «l'homme que je ne veux pas être»

En écrivant, Michel Layaz se rêve «décentré de lui-même».

Pourquoi ce prénom, Silke?

Vous inventez souvent des héroïnes fascinantes, des hommes qui le sont beaucoup moins. Pourquoi?

En quoi vous implique-t-il, vous qui jadis, avez dirigé une galerie d'art?

«Un pauvre type»… et ce n'est pas le premier dans votre œuvre.

Autre récurrence, l'univers clos.

Tactile jusqu'à manger les lettres en pâte alphabet pour digérer les mots des maux qu'elles désignent?

La «mauvaise mère» qui culpabilise, une figure très moderne, non?

Vous rêvez dans «Silke» d'une potion magique qui permettrait aux textes de s'écrire tout seul.