Passer au contenu principal

Hockey sur glace«Moi, j’avais l’habitude de les gagner ces matches»

Tim Bozon, qui s’était imposé huit fois sur neuf contre Lausanne quand il était encore un Aigle, n’était pas mécontent de ce premier succès du LHC de la saison (4-1) dans le derby mercredi. Il a même marqué…

Tim Bozon a reçu un cadeau de la part des dirigeants de Ge/Servette (remis par Jacques Apothéloz membre du comité d’administration avant le match) avant qu’il n’inscrive le quatrième but dans la cage vide.
Tim Bozon a reçu un cadeau de la part des dirigeants de Ge/Servette (remis par Jacques Apothéloz membre du comité d’administration avant le match) avant qu’il n’inscrive le quatrième but dans la cage vide.
ERIC LAFARGUE

C’était son premier but contre Ge/Servette, le premier depuis qu’il a changé de maillot, qu’il porte celui des Lions lausannois. Tim Bozon, prié de partir cet été à Malley, l’a inscrit en fin de derby, dans la cage vide, avec un petit sourire après ce succès du LHC, également le premier, contre les Aigles qui avaient leur réussite en quarantaine. Une belle soirée pour l’ancien junior des Grenat qui est également reparti des Vernets avec un cadeau de ses anciens dirigeants pour le remercier de ses bons et loyaux services.

Ce but, même dans la cage vide, a-t-il quelque chose de particulier pour vous après votre départ forcé ce printemps pour Lausanne?

Non, pas plus que ça. Alors oui, j’étais content de mettre le puck au fond, cest bon pour la tête, mais ce n’était pas l’essentiel. L’essentiel, c’est que l’on a pu compter sur un très grand gardien ce soir. C’est lui, Tobias Stephan, qui nous a gagnés le match en première période, alors que nous n’étions pas encore rentrés dans ce derby. Sans lui, cela aurait été autre chose. Si Genève, malgré un très bon power play et de très bons joueurs, n’a pas réussi à marquer, c’est grâce à lui.

«Il y avait une intensité que l’on retrouvera en play-off avec deux très bonnes équipes qui jouent bien au hockey et qui patinent fort»

Tim Bozon, attaquant de Lausanne HC

John Fust disait la veille que ce serait déjà comme un match de play-off, que cela se jouerait sur des détails, sur les situations spéciales. C’est ce qui s’est passé lors des deux premiers tiers. Il ne s’était pas trompé!

C’est juste. On n’a pas eu beaucoup de situations à cinq contre cinq, mais il est vrai qu’on a pu voir, au cours de cette soirée, lorsque le rythme nétait pas coupé à cause des pénalités, une intensité que l’on retrouvera en play-off avec deux très bonnes équipes qui jouent bien au hockey, qui patinent fort et qui bataillaient bien. Les deux formations n’étaient pas satisfaites de leur power play, mais c’est encore très tôt dans la saison. Il y aura encore de gros matches qui nous attendent.

Après deux derbies plutôt corrects, celui-ci était plus physique avec d’entrée de grosses mises en échec en 10 secondes. Étaient-ce les consignes de votre coach?

Oui. Mais c’est compréhensible. Si en début de saison, en Suisse, on se regarde un peu, plus les rencontres s’enchaînent et plus ça commence à jouer de manière plus physique. Les équipes regardent le classement, savent où elles en sont, que les points comptent de plus en plus. Et cela va continuer ainsi jusqu’à la fin, crescendo.

«Après une défaite décevante à Fribourg, on avait tous à cœur de se reprendre. Il y a aussi du caractère dans cette équipe du LHC.»

Tim Bozon, auteur du 4e but lausannois, dans la cage vide

C’est la première victoire de Lausanne contre Genève qui restait sur 10 défaites en 11 confrontations. Le signe indien est-il enfin vaincu?

Moi, j’avais l’habitude de les gagner ces matches, du coup je continue à les remporter et je suis content! À part ça, on a eu un peu dadversité ce mercredi, avec deux joueurs blessés le matin à l’entraînement (ndlr: Floran Douay et Josh Jooris) ainsi que Charles Hudon en cours de partie. On a su réagir, surtout après une défaite décevante à Fribourg. On avait tous à cœur de se reprendre. Il y a aussi du caractère dans cette équipe du LHC.