150 enfants de djihadistes français seraient en Syrie

TerrorismeParis prépare le retour sur le sol français, avec l’accord des mères, des dizaines d'enfants dont les parents avaient rejoint l’EI.

Les enfants, pour la plupart âgés de moins de six ans, ne pourront partir qu'avec l'accord de leur mère.

Les enfants, pour la plupart âgés de moins de six ans, ne pourront partir qu'avec l'accord de leur mère.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Environ 150 enfants de djihadistes français ont été signalés en Syrie et vont commencer pour certains à être rapatriés en France, indique-t-on de source française.

Ils ont été signalés par les familles en France ou dans les zones sous contrôle kurde depuis l'effondrement du groupe Etat islamique (EI) en 2017.

Seule une partie d'entre eux ont toutefois été identifiés et localisés avec précision, dans les zones kurdes, ouvrant la voie à un rapatriement, ajoute la source citée, ayant requis l'anonymat, sans avancer de chiffres.

Les enfants, pour la plupart âgés de moins de six ans, ne pourront partir qu'avec l'accord de leur mère, qui elle restera sur place, souligne la source citée.

La France exclut tout retour des adultes, combattants ou épouses, considérées comme des militantes de l'EI, au grand dam des avocats représentant les familles en France. «Ceux qui ont commis des délits ou des crimes en Irak et Syrie doivent être jugés en Irak et Syrie», martèle-t-on au ministère des Affaires étrangères.

«L'exception c'est les mineurs, dont la situation sera examinée au cas par cas. On a un devoir particulier de sauvegarder l'intérêt supérieur de l'enfant», ajoute-t-on.

Le rapatriement s'annonce toutefois très compliqué, le Kurdistan syrien n'étant pas un Etat reconnu par la communauté internationale, et Paris n'entretenant pas de relations diplomatiques avec Damas.

«On a commencé à regarder comment les choses peuvent se faire. C'est une affaire très complexe», concède-t-on à Paris.

Au total, une quarantaine de familles, mères et enfants, on été signalées en Syrie.

«Zéro accord»

Quelques «dizaines» - 30 à 40 - combattants francophones seraient par ailleurs prisonniers des Kurdes syriens, ajoute la source citée, sans préciser si des Français se trouvent parmi eux.

En Irak, seules trois familles de djihadistes français ont été recensées. Une des mères, Mélina Boughedir, condamnée à la perpétuité, a accepté de laisser partir trois de ses enfants.

Sur les 680 djihadistes français estimés sur le théâtre irako-syrien, plus de 300 sont morts et un petit nombre a rejoint d'autres pays (Afghanistan, Maghreb, Libye), estime Paris. Une partie d'entre eux sont donc toujours sur place.

«Une partie est dans le réduit de l'EI à la frontière syro-irakienne où il y a aujourd'hui des combats. Une centaine d'entre eux se trouve aussi à Idleb», la dernière grande province rebelle de Syrie, souligne-t-on.

Les forces kurdes syriennes affirment détenir plus de 900 combattants étrangers de l'EI, venant de 44 pays, qui représentent un véritable casse-tête judiciaire et sécuritaire. Elles appellent en conséquence leurs pays d'origine à les rapatrier mais ceux-ci se montrent souvent réticents devant l'hostilité même de leurs opinions publiques.

La France, qui a participé aux opérations contre l'EI, dément pour sa part avoir conclu un accord avec les Kurdes pour qu'ils gardent ses ressortissants, comme l'a évoqué récemment le quotidien «Le Monde».

«Zéro accord a été finalisé. Mais les Kurdes connaissent notre position. Ils savent que nous ne souhaitons pas les faire revenir», assure la source citée. (afp/nxp)

Créé: 24.10.2018, 07h27

Galerie photo

Attaque chimique présumée en Syrie

Attaque chimique présumée en Syrie Une attaque chimique se serait produite à Douma en Syrie. Des Casques blancs, secouristes en zones rebelles, ont fourni des images à l'AFP. Le régime syrien et son allié russe contestent le recours à des produits toxiques lors de cette intervention armée.

Galerie photo

Syrie: les États-Unis veulent se retirer

Syrie: les États-Unis veulent se retirer Les États-Unis, la France et le Royaume-Uni avaient déclenché en avril des frappes concertées en Syrie contre le régime de Bachar el-Assad. Donald Trump veut rapatrier ses troupes.

Articles en relation

La coalition a bombardé deux mosquées en Syrie

Moyen-Orient En quatre jours, la coalition anti-EI a frappé deux mosquées utilisées par le groupe terroriste à des fins militaires. Plus...

L'EI libère six des 27 otages de Soueida

Syrie Daech a libéré six des 27 otages de la province de Soueida contre des prisonnières de l'EI détenues par Damas et une rançon. Plus...

Sommet à Istanbul sur le conflit en Syrie

Turquie Macron, Merkel, Poutine et Erdogan se pencheront sur la crise en Syrie à l'occasion d'un sommet le 27 octobre à Istanbul. Plus...

Lafarge en Syrie: la justice saisit 4 millions d'euros

France Les juges d'instruction ont saisi une partie des indemnités de départ de l'ex-PDG de Lafarge, Bruno Lafont, et de trois anciens dirigeants. Plus...

Syrie et Israël vont rouvrir un point de passage

Proche-Orient Le point de passage de Qouneitra, entre Israël et la Syrie va rouvrir lundi, selon Washington. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.