Passer au contenu principal

Au moins 20 soldats et policiers tués dans la nuit

Les talibans ont lancé une vague d'attaques contre les forces de sécurité afghanes peu après un entretien téléphonique avec le président américain Donald Trump.

La paix n'est pas encore au bout du canon en Afghanistan
La paix n'est pas encore au bout du canon en Afghanistan
AFP

Les talibans ont tué au moins 20 soldats et policiers afghans dans la nuit de mardi à mercredi. L'aviation américaine a dû intervenir contre les insurgés pour défendre l'armée afghane, a-t-elle annoncé.

«Les Etats-Unis ont conduit une frappe aérienne à Nahr-e Saraj, dans le Helmand, contre des combattants talibans qui attaquaient activement les forces de sécurité afghanes. C'était une frappe défensive», a tweeté le colonel Sonny Leggett, porte-parole des forces américaines en Afghanistan.

«Nous sommes engagés pour la paix, mais nous avons la responsabilité de défendre nos partenaires afghans», a-t-il poursuivi. «Sur la seule journée du 3 mars, les talibans ont lancé 43 attaques contre des postes de contrôle des forces afghanes dans le Helmand», a-t-il encore écrit. La province du sud de l'Afghanistan est considérée comme un des principaux fiefs des insurgés.

«Des combattants talibans ont attaqué au moins trois avant-postes de l'armée dans le district d'Imam Sahib à Kunduz, tuant au moins 10 soldats et quatre policiers», a pour sa part indiqué un membre du conseil provincial de Kunduz. Dans l'Oruzgan, «six policiers ont été tués et sept blessés» à Tarinkot, selon un porte-parole du gouverneur de la province.

Accord de paix

Américains et talibans ont signé samedi à Doha un accord historique, dans lequel Washington s'est engagé à un retrait complet des troupes étrangères d'Afghanistan sous 14 mois en échange de garanties des talibans. «Les dirigeants des talibans avaient promis à la communauté internationale qu'ils réduiraient la violence et non qu'ils augmenteraient les attaques», a commenté sur Twitter le colonel Leggett.

La frappe américaine est intervenue quelques heures après un entretien téléphonique entre Donald Trump et le chef politique des insurgés, le mollah Baradar. La conversation a été qualifiée de «bonne» par le président américain, qui en avait déduit que les talibans «veulent mettre fin à la violence».

Les Etats-Unis se sont engagés à un retrait complet des troupes étrangères d'Afghanistan dans les 14 mois en échange de garanties des talibans. Parmi celles-ci, le mouvement religieux extrémiste a accepté de participer à un dialogue inter-afghan avec le gouvernement afghan, son opposition et la société civile afin de tenter de s'entendre sur l'avenir du pays.

Ces pourparlers doivent démarrer le 10 mars. Le président afghan a toutefois rejeté l'un des principaux points de l'accord de Doha: la libération de 5000 prisonniers talibans en échange de celle de 1000 membres des forces afghanes.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.