25 ans après, l'Afrique du Sud a le blues

Fin de l'apartheidL'élection en 1994 de Nelson Mandela avait suscité beaucoup d'espoirs dans un pays meurtri par des décennies d'apartheid.

Malgré l'émergence d'une classe moyenne noire, 20% des foyers noirs vivent dans une extrême pauvreté contre 2,9% des foyers blancs, selon une étude.

Malgré l'émergence d'une classe moyenne noire, 20% des foyers noirs vivent dans une extrême pauvreté contre 2,9% des foyers blancs, selon une étude. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'Afrique du Sud est la société la plus inégalitaire au monde, selon un rapport publié cette année par la Banque mondiale. «Les inégalités ont augmenté depuis la fin de l'apartheid en 1994», constate l'institution. «La race joue toujours un rôle déterminant dans la capacité à trouver un emploi et dans les salaires des employés.»

Malgré l'émergence d'une classe moyenne noire, 20% des foyers noirs vivent dans une extrême pauvreté contre 2,9% des foyers blancs, selon l'Institut sud-africain des relations entre les races (IRR). Entre 2011 et 2015, 3 millions de Sud-Africains de plus ont basculé dans la pauvreté, selon la Banque mondiale.

Economie en berne

Avec la fin de l'apartheid, l'Afrique du Sud, longtemps paria, devait réintégrer le concert des nations et renouer avec les bénéfices de l'intégration à l'économie mondiale.

Las, le chômage continue de gangrener la première puissance industrielle du continent africain et frappe actuellement 26,7% de sa population active, contre 20% en 1994. Ce taux atteint même 52% parmi les jeunes de 15 à 24 ans, la génération des «born free», les «nés libres» après l'apartheid.

Entre 1994 et 2006, la croissance économique annuelle est passée de 3,2% à 5,6%. La crise financière mondiale l'a fait plonger à -1,5% en 2009 mais elle peine à redécoller depuis ( 1,5% prévu cette année). La corruption au plus haut sommet de l'Etat et dans les entreprises publiques est en outre devenue endémique sous la présidence de Jacob Zuma (2009-2018).

Racisme persistant

Dans un contexte de fortes disparités économiques, les tensions raciales continuent de déchirer le pays et de mettre à dure épreuve le projet de «nation arc-en-ciel» de Nelson Mandela.

En 2000, 72% des Sud-Africains constataient une amélioration des relations raciales dans le pays, selon un sondage annuel publié par la présidence. Ils n'étaient que 45% en 2014. Des commentaires racistes, amplifiés par les réseaux sociaux, continuent de provoquer régulièrement l'émoi.

Pour la première fois cette année, une Sud-Africaine blanche a été condamnée à une peine de prison ferme pour injure raciste. Elle avait traité un agent de police noir de «kaffir», le terme le plus insultant utilisé pour désigner les Noirs sous l'apartheid.

En 2011, le chef de la gauche radicale, Julius Malema, a lui été condamné pour incitation à la haine raciale pour avoir entonné la chanson «Tuez le Boer», hymne de la lutte anti-apartheid contre les descendants des colons blancs.

Le ségrégation géographique continue aussi de dessiner les villes sud-africaines, toujours organisées sur le modèle de l'apartheid, avec des banlieues blanches près des centres névralgiques et des townships noirs en très grande périphérie.

Criminalité rampante

L'Afrique du Sud est gangrenée par une forte criminalité. L'an dernier, quelque 19'000 personnes y ont été victimes de meurtres, soit 52 par jour. Les femmes sont particulièrement vulnérables. Une centaine de viols sont recensés chaque jour, et une femme meurt sous les coups d'un proche toutes les huit heures.

Contrairement à une opinion largement répandue, le taux d'homicides pour 100'000 habitants a toutefois chuté depuis l'apartheid. En 1994, le pays, sur le point de basculer dans la guerre civile, enregistrait 74 homicides chaque jour.

Les plus aisés vivent aujourd'hui cloîtrés dans des complexes ultra-sécurisés, derrière des murs-prison hérissés de fils électriques et de caméras et sous la protection de gardes armés.

Sida endémique

L'Afrique du Sud est le pays au monde le plus touché par l'épidémie de sida avec 7,1 millions de séropositifs, soit 18,9% de sa population adulte.

Le déni du président Thabo Mbeki (1999-2008) a provoqué une chute de l'espérance de vie de 62 ans en 1994 à 52 ans en 2006. Selon des chercheurs de l'université américaine d'Harvard, quelque 330'000 décès auraient pu être évités.

Depuis, les autorités ont rectifié le tir et proposent le plus vaste programme au monde d'anti-rétroviraux. L'espérance de vie est désormais de 63 ans. (ats/nxp)

Créé: 17.07.2018, 10h46

Galerie photo

Le combat de Mandela en images

Le combat de Mandela en images "Madiba", le héros de toute l'Afrique du sud était libéré en 1990, il y a 25 ans. Retour sur son combat pour les siens et contre l'apartheid.

Articles en relation

Obama critique Trump aux festivités de Mandela

Afrique du Sud A l'occasion du centième anniversaire de la naissance de Nelson Mandela, l'ancien président Obama s'est exprimé, mardi. Plus...

«Nelson Mandela avait un sourire contagieux»

Afrique du Sud Une des plus proches collaboratrices de l'ancien président sud-africain raconte son quotidien avec le grand homme. Plus...

Qui veut dormir dans la cellule de Mandela?

Afrique du Sud Une fondation veut récolter de l'argent en mettant aux enchères une nuit dans la célèbre cellule. Des voix s'y opposent. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.