La 2e expertise médicale de Ramadan repoussée

FrancePrévue fin mars, la nouvelle expertise médicale de l'islamologue genevois a été décalée au 15 avril.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le délai accordé pour que soit réalisée une nouvelle expertise médicale de Tariq Ramadan, inculpé en France pour viols, a été repoussé au 15 avril, contre fin mars initialement, a indiqué vendredi une source proche de l'enquête.

Cette expertise a été demandée par le juge d'instruction chargé de l'enquête pour vérifier la compatibilité de l'état de santé du théologien, qui affirme souffrir d'une sclérose en plaques et d'une neuropathie, avec sa détention. Ce délai s'explique notamment par la charge importante de travail à laquelle doivent faire face les deux médecins désignés, selon l'ordonnance de prorogation de délai.

Une première expertise avait été réalisée dans l'urgence mi-février par un autre expert, à la demande de la cour d'appel de Paris, afin qu'elle puisse statuer sur le recours de Tariq Ramadan contre son placement en détention provisoire. Elle avait conclu que la santé de l'islamologue de 55 ans n'était pas contraire à son maintien sous écrou.

Le médecin soulignait néanmoins «la nécessité d'un bilan neurologique complet et sérieux qui n'a pas été fait depuis les années que semblent durer les troubles allégués».

Toujours hospitalisé

Tariq Ramadan a été mis en examen (inculpé) le 2 février pour viols, dont l'un sur personne vulnérable, après les plaintes de deux femmes fin octobre. L'intellectuel musulman, qui conteste ces accusations, avait été écroué en banlieue parisienne, la justice craignant une possible fuite, des pressions sur les plaignantes ou une réitération des faits. Début mars, une troisième femme a porté plainte, affirmant avoir subi de multiples viols entre 2013 et 2014 en France, à Bruxelles et à Londres.

Tariq Ramadan est hospitalisé à la Pitié Salpétrière depuis le 8 mars et s'y trouvait encore vendredi, a précisé une source proche du dossier. La détention de ce petit-fils du fondateur de la confrérie islamiste des Frères musulmans a suscité un vif émoi dans une partie des rangs musulmans, certains dénonçant un «deux poids, deux mesures», voire un «complot» contre une des rares figures médiatiques de l'islam européen.

(afp/nxp)

Créé: 16.03.2018, 15h50

Articles en relation

Des anciennes élèves de Tariq Ramadan envisagent de témoigner

Genève Les quatre Suissesses ayant dénoncé récemment dans nos colonnes les abus de l’ancien professeur saluent l’ouverture d’une enquête indépendante. Plus...

La défense de Tariq Ramadan contre-attaque

France L'avocat de l'islamologue a demandé de publier un communiqué pour rétablir certains faits. Plus...

Ramadan: le DIP genevois veut une enquête externe

Agressions sexuelles La conseillère d'Etat genevoise Anne Emery-Torracinta veut lancer une enquête externe sur Tariq Ramadan. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.