Plus de 30'000 personnes ont fui Boko Haram

NigeriaUne recrudescence des combats entre l'armée nigériane et le groupe djihadiste Boko Haram a provoqué un afflux de réfugiés dans le nord-est du pays.

Boko Haram multiplie les attaques depuis six mois dans la région du lac Tchad.

Boko Haram multiplie les attaques depuis six mois dans la région du lac Tchad. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Plus de 30'000 personnes se sont réfugiées à Maiduguri, capitale de l'Etat du Borno, dans le nord-est du Nigeria, depuis le 20 décembre, ont annoncé mercredi les Nations Unies. Ce phénomène est consécutif à une recrudescence des combats entre l'armée nigériane et le groupe djihadiste Boko Haram.

«Plus de 30'000 déplacés sont arrivés à Maiduguri ces dernières semaines, majoritairement de Baga», ville dont Boko Haram a temporairement pris le contrôle, a révélé l'ONU dans un communiqué, parlant d'une «tragédie humanitaire», alors que les chiffres officiels donnaient jusqu'à présent seulement quelques milliers de déplacés.

«Les Nations Unies sont extrêmement inquiètes des conséquences des violences sur les populations civiles, dans le nord-est du Nigeria, particulièrement dans l'Etat du Borno», cœur du conflit qui ravage le pays depuis près de dix ans, a dénoncé Edward Kallon, coordinateur de l'ONU pour le Nigeria, après une visite dans les camps.

«Quelque 260 travailleurs humanitaires ont été obligés de quitter les districts de Monguno, Kala/Balge et Kukawa, zones affectées par le conflit depuis novembre, mettant en péril l'assistance humanitaire pour des centaines de milliers de personnes», a regretté M. Kallon. On estime que 1,8 million de personnes ne peuvent toujours pas regagner leur foyer dans la région du lac Tchad. Le conflit a fait plus de 27'000 morts depuis 2009.

Le président nigérian, Muhammadu Buhari, qui avait régulièrement affirmé depuis décembre 2015 que l'insurrection djihadiste était «techniquement vaincue», a reconnu lundi que l'armée essuyait des revers dans sa lutte contre Boko Haram.

Les insurgés multiplient leurs attaques depuis six mois, notamment contre les bases militaires, et ont tué des dizaines, voire des centaines de soldats. Les militaires nigérians ont récemment posté de nombreuses vidéos sur les réseaux sociaux se plaignant de leurs très mauvaises conditions de vie et de leur équipement hors d'usage.

Aide du gouvernement demandée

La prise temporaire de la ville de Baga le 27 décembre est une nouvelle démonstration de force: en quelques heures, les assaillants ont mis en déroute les 500 à 600 soldats de la Force multinationale mixte (MNJTF), composée d'unités du Nigeria, du Niger, du Tchad et du Cameroun.

Mardi, le gouverneur de l'Etat du Borno s'est rendu à Monguno, où, théâtralement, il a pleuré sur les victimes du conflit implorant de l'aide au gouvernement fédéral. Le président Muhammadu Buhari, ancien général qui est candidat à sa propre succession pour les élections générales du 16 février prochain, avait été élu en 2015 sur la promesse d'éradiquer le groupe djihadiste et cette récente recrudescence des attaques est un sévère camouflet pour le chef de l'Etat qui est également chef des armées. (ats/nxp)

Créé: 09.01.2019, 19h48

Articles en relation

La remontée en puissance alarmante de Boko Haram

Nigeria Les combattants du groupe de l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest sont parvenus à amasser de nombreuses armes et intensifient les combats au nord du pays. Plus...

Opérations contre Boko Haram au lac Tchad

Niger Plus de 200 «terroristes» ont été tués dans une opération de l'armée dans le bassin du lac Tchad dans le sud-est du Niger. Plus...

Boko Haram incendie un village nigérian

Terrorisme Des centaines de personnes ont abandonné dimanche leur village dans le nord-est du Nigeria, après une attaque du groupe islamiste Boko Haram. Plus...

Amnesty réclame une enquête sur Boko Haram

Nigeria L'ONG souhaite que la CPI ouvre une enquête sur les présumés crimes contre l'humanité commis par le groupe djihadiste. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.