Près de 500'000 enfants en danger à Tripoli

LibyeLes affrontements dans la capitale libyenne mettent en «danger immédiat» près de un demi million d'enfants, selon l'Unicef.

Image: DR/twitter

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Environ 500'000 enfants libyens sont en «danger immédiat» à Tripoli, qui connaît des affrontements meurtriers depuis près d'un mois, a déploré lundi le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef).

Depuis le 27 août, des combats entre milices rivales ont fait au moins 115 morts et près de 400 blessés, selon un dernier bilan du ministère libyen de la Santé publié samedi soir. Les heurts se sont intensifiés au cours des dernières 48 heures au sud de Tripoli et «plus d'un demi-million d'enfants sont en danger immédiat» dans la capitale, estime l'Unicef, ajoutant qu'ils sont «2,6 millions à avoir besoin d'aide à travers le pays».

Ces récents combats ont forcé 1200 familles à quitter leurs maisons, portant le nombre total de déplacés à plus de 25'000, selon le fonds onusien. La moitié sont des enfants, estime l'Unicef, qui s'inquiète des «nombreuses graves violations des droits de l'enfant» auxquels ils sont confrontés à Tripoli.

Outre des pénuries quotiennes d'eau, de nourriture et d'électricité, les enfants libyens sont aussi menacés par une recrudescence de la rougeole, avec plus de 500 cas connus, indique dans un communiqué le directeur régional de l'Unicef pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, Geert Cappelaere.

Cessez-le-feu pas respecté Ils risquent aussi de voir leur rentrée scolaire, prévue le 3 octobre, retardée, avec «de plus en plus d'écoles utilisées pour héberger les familles déplacées», déplore-t-il. Pour les enfants dont les parents sont venus en Libye avec l'espoir d'émigrer en Europe par la mer, «cette violence aggrave leur souffrance déjà profonde», regrette l'Unicef. Certains sont retenus dans des «centres aux conditions (de vie) très difficiles», indique-t-il.

Malgré un accord de cessez-le-feu conclu le 4 septembre sous l'égide de l'ONU, les affrontements ont repris la semaine dernière dans les quartiers sud de la capitale. Les combats opposent des milices venues notamment des villes de Tarhouna et Misrata (ouest) à des groupes armés tripolitains, sur fond d'une lutte d'influence acharnée pour dominer la capitale et contrôler les institutions et des richesses du pays plongé dans le chaos depuis la chute de régime de Mouammar Kadhafi en 2011. (ats/nxp)

Créé: 24.09.2018, 14h02

Articles en relation

Plus de cent morts en un mois à Tripoli

Libye Les combats entre groupes rivaux dans Tripoli ont fait plus de cent morts et 400 blessés en un mois. Plus...

Des roquettes près de l'aéroport de Tripoli

Libye Des roquettes se sont abattues dans le périmètre de l'aéroport de la capitale libyenne Tripoli, sans faire de victime ni de dégâts. Plus...

Plus de 100 migrants noyés au large de la Libye

Naufrage MSF rapporte que plus de 100 migrants ont péri noyés au large de la Libye au début du mois de septembre. Plus...

Des armes suisses circulent en Libye

Armement Des commerçants de Tripoli vendent des armes de l'entreprise d'armement Ruag. La façon dont elles sont arrivées sur place n'est pas claire. Plus...

L'ONU annonce un accord de cessez-le-feu

Libye Après une nouvelle journée de violents affrontements au sud de la capitale, les combats marquaient une pause en début de soirée, mardi. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.