Plus de 6000 migrants arrêtés à Istanbul

TurquieUne vaste opération en cours depuis deux semaines a conduit à l'arrestation de milliers d'étrangers, dont des Syriens. Des ONG dénoncent des renvois illégaux.

La Turquie accueille sur son sol des millions de réfugiés, principalement de Syrie et d'Afghanistan. (Photo d'illustration)

La Turquie accueille sur son sol des millions de réfugiés, principalement de Syrie et d'Afghanistan. (Photo d'illustration) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les autorités turques ont annoncé mercredi avoir arrêté en deux semaines plus de 6000 migrants, dont des Syriens, vivant de manière «irrégulière» à Istanbul, dans le cadre d'un coup de filet mené sur fond de fort sentiment antimigrants en Turquie.

«Nous menons une opération depuis le 12 juillet (...) Nous avons attrapé 6122 personnes à Istanbul, dont 2600 Afghans. Une partie de ces personnes sont des Syriens», a déclaré le ministre de l'Intérieur Süleyman Soylu dans une interview avec la chaîne turque NTV. Le ministre a toutefois démenti que des Syriens étaient expulsés vers leur pays déchiré par une guerre civile meurtrière depuis 2011, après que des ONG eurent affirmé avoir recensé des cas de personnes renvoyées en Syrie.

«Ces personnes, nous ne pouvons pas les expulser (...) Lorsque nous attrapons des Syriens qui ne sont pas enregistrés, nous les envoyons dans des camps de réfugiés», a-t-il affirmé, mentionnant un camp dans la province turque de Hatay, frontalière de la Syrie. Il a toutefois ajouté que certains Syriens choisissaient de rentrer de leur propre gré en Syrie.

3,5 millions de Syriens

La Turquie accueille sur son sol plus de 3,5 millions de Syriens ayant fui la guerre, dont 547'000 sont enregistrés à Istanbul. Les autorités affirment n'avoir aucun problème avec les personnes dûment enregistrées auprès des autorités à Istanbul, mais elles luttent contre les migrants vivant dans cette ville alors qu'ils sont enregistrés dans d'autres provinces, voire dans aucune province.

Un groupement d'ONG syriennes a toutefois indiqué lundi que «plus de 600 Syriens», pour la plupart titulaires de «cartes de protection temporaires» délivrées par d'autres provinces turques, avaient été arrêtés la semaine dernière à Istanbul et renvoyés en Syrie.

Ce tour de vis contre les migrants survient après la défaite du parti du président Recep Tayyip Erdogan lors des élections municipales à Istanbul, en juin, lors desquelles l'accueil des Syriens s'était imposé comme un sujet majeur de préoccupation les électeurs.

Pendant la campagne, le discours hostile aux Syriens s'était déchaîné sur les réseaux sociaux, avec le mot-dièse #LesSyriensDehors. D'après une étude publiée début juillet par l'Université Kadir Has à Istanbul, la part des Turcs mécontents de la présence des Syriens est passée de 54,5% en 2017 à 67,7% en 2019. (ats/nxp)

Créé: 24.07.2019, 12h33

Galerie photo

 Crise migratoire: le drame des migrants en Méditerranée (dès juillet 2017)

Crise migratoire: le drame des migrants en Méditerranée (dès juillet 2017) Les migrants et les réfugiés traversent la Méditerranée pour atteindre l'Italie ou la Grèce.

Articles en relation

Quinze migrants meurent dans un accident

Turquie Dramatique accident de bus dans l'est de la Turquie. Le véhicule transportait des migrants dont des femmes et des enfants. Il y aurait 15 morts et près de 30 blessés. Plus...

Liesse à Istanbul après la victoire de l'opposition

Turquie Les Stambouliotes ont fait la fête jusqu'à tard dans la nuit pour célébrer la victoire écrasante de l'opposant Ekrem Imamoglu face au candidat du président Erdogan. Plus...

Le président Erdogan en disgrâce après les élections

L'invité Mehmet Korkmaz salue la porte ouverte vers le changement en Turquie. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.