A Hodeida, la rébellion ne se rendra pas

YémenLa rébellion yéménite a fait part de son intention de résister, faisant craindre une aggravation de la situation humanitaire.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le chef de la rébellion au Yémen a promis de ne «jamais» rendre les armes face aux forces progouvernementales qui tentent de reprendre Hodeida, ville portuaire stratégique de l'ouest où les humanitaires s'inquiètent vivement pour les civils et l'aide à une population menacée par la famine.

Depuis 2015, des forces loyales au président Abd Rabbo Mansour Hadi, avec l'aide de l'Arabie saoudite et des Emirats arabes unis, tentent de chasser les Houthis, soutenus par l'Iran, des vastes régions qu'ils ont conquises, dont la ville de Hodeida et la capitale Sanaa. La reprise aux rebelles de Hodeida, sur la mer Rouge, serait stratégique car c'est par ce port que transitent trois quarts des importations et de l'aide nécessaire à la population.

Alors que des sources militaires yéménites ont fait état d'avancées des forces progouvernementales depuis une semaine, le chef rebelle a averti mercredi que ses hommes n'abandonneraient pas Hodeida. Abdel Malik al-Houthi a assuré que les Houthis ne se rendront «jamais» et ne remettront pas davantage «le contrôle» de la ville à la coalition sous commandement saoudien. La cité est soumise à un pilonnage intensif et les forces loyalistes tentent d'avancer notamment en direction du port, dans le nord de la ville.

«Urgent d'agir»

Près de 40 combattants ont été tués ces dernières 24 heures dans les deux camps, ont rapporté des sources médicales. Depuis l'intensification, le 1er novembre, des frappes aériennes et des opérations au sol, au total près de 200 combattants ont péri.

Trente-cinq ONG ont lancé un appel à «une cessation immédiate des hostilités» au Yémen, où selon elles «14 millions» de personnes sont «menacées par la famine». «Plus que jamais, il est urgent d'agir», écrivent les signataires, dont la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH), Action Contre la Faim et Médecins du Monde.

«Après presque quatre ans de conflit, les Yéménites ne peuvent plus attendre». La crise humanitaire est «la conséquence directe des restrictions sévères imposées par les parties au conflit à l'accès à la nourriture, au carburant, aux importations médicales et à l'aide humanitaire», affirment ces ONG. «Le port de Hodeida est vraiment la ligne de vie de ce pays», a expliqué à l'AFP Juliette Touma, responsable de la communication de l'Unicef au Moyen-Orient.

Impasse

Mirella Hodeib, porte-parole du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) au Yémen, a appelé «toutes les parties à épargner les civils et les infrastructures civiles». Elle a cité en particulier l'hôpital Al-Thawra, «l'un des plus grands de la ville», très proche de la «ligne de front».

Des organisations internationales évoquent des barrages nocturnes qui empêchent les civils d'entrer ou de sortir de la ville, et demandent aux belligérants de «permettre le passage en sécurité des civils qui veulent fuir». Depuis plusieurs mois, la coalition antirebelles donne l'impression d'être dans une impasse militaire. Le Yémen est de fait quasiment divisé en deux, les forces progouvernementales contrôlant le sud et une bonne partie du centre et les rebelles le nord et une bonne partie de l'ouest.

La bataille de Hodeida a lieu au moment où Washington, allié des Saoudiens, et l'ONU cherchent à relancer le processus de paix. «Nous continuons d'exhorter toutes les parties à se réunir et à admettre qu'il n'y a pas de victoire militaire possible au Yémen», a réaffimé mercredi un porte-parole de la diplomatie américaine, Robert Palladino. «On a dit clairement aux responsables saoudiens, émiratis et yéménites, à tous les niveaux, que la destruction d'infrastructures vitales, ou les actes contre l'acheminement d'aide humanitaire vitale et de biens commerciaux, étaient inacceptables», a-t-il ajouté au sujet de la bataille de Hodeida.

10'000 morts, au moins

Selon des analystes, la pression diplomatique pourrait avoir incité les Saoudiens à chercher à obtenir le maximum de gains militaires avant d'éventuelles discussions, que les Etats-Unis souhaitent voir reprendre d'ici fin novembre. En septembre, un processus de consultations prévu par l'ONU à Genève avait échoué.

Mercredi, trois pays non-membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU --Pays-Bas, Suède, Pérou-- ont bloqué une déclaration qu'ils jugeaient trop tiède, exigeant une vraie résolution qui traiterait non seulement «des souffrances de la population yéménite» mais aussi de la nécessité de «mettre fin au conflit» par un retour des belligérants à la table des négociations, selon un email de ces pays vu par l'AFP.

Depuis 2015, la guerre a fait quelque 10'000 morts et provoqué selon l'ONU la pire crise humanitaire au monde. Mais des responsables humanitaires estiment que le bilan réel des victimes est bien plus élevé. (afp/nxp)

Créé: 08.11.2018, 09h17

58 combattants tués dans des affrontements et raids aériens

Au moins 47 rebelles Houthis et 11 combattants progouvernementaux ont été tués au cours des dernières 24 heures dans la bataille pour le contrôle de la ville portuaire de Hodeida, dans l'ouest du Yémen, ont indiqué jeudi des sources médicales à l'AFP.


La plupart des Houthis ont été tués dans des raids aériens attribués à la coalition antirebelles sous commandement saoudien, ont précisé des médecins, alors que les combats se poursuivent jeudi, selon des sources militaires yéménites.

Amnesty accuse les rebelles de «militariser les hôpitaux»

Amnesty International a accusé jeudi les rebelles yéménites de recourir «délibérément à la militarisation des hôpitaux» et de poser des mines dans la grande ville portuaire de Hodeida où des combats les opposent à une coalition progouvernementale sous commandement saoudien.
Amnesty a également reproché à cette coalition, dont les piliers sont l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, d'avoir tué au moins 32 civils dans une série de raids aériens entre le 13 et le 24 octobre dans la province de Hodeida (ouest).

Articles en relation

Les combats menacent 59 enfants hospitalisés

Yémen Des dizaines d'enfants sont en danger de mort dans un hôpital de Hodeida, au Yémen. Plus...

Yémen: Londres alerte le Conseil de sécurité

Diplomatie Pour le Royaume-Uni, il est temps d'agir pour mettre fin à la guerre au Yémen. Le pays en appelle au Conseil de sécurité de l'ONU. Plus...

Au Yémen, un civil est tué toutes les trois heures

Moyen-Orient Des ONG ont demandé vendredi aux grandes puissances de cesser le marchandage d'armes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.