Angela Merkel menacée dans son propre parti

AllemagneFriedrich Merz, un des plus farouches adversaires d'Angela Merkel au sein de la CDU, a annoncé son retour pour lui succéder à la Chancellerie.

Friedrich Merz sort du bois pour donner le coup de grâce à Angela Merkel.

Friedrich Merz sort du bois pour donner le coup de grâce à Angela Merkel. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Friedrich Merz, vieil adversaire de la chancelière allemande Angela Merkel, paraît bien placé pour lui succéder à la tête du parti conservateur CDU. Un scénario qui pourrait d'ailleurs la contraindre à quitter le pouvoir plus tôt que prévu.

Inconnu en dehors de l'Allemagne, ce tenant d'un retour à une ligne conservatrice traditionnelle, après les années de centrisme de la chancelière, a effectué cette semaine un retour tonitruant sur le devant de la scène politique qu'il avait abandonnée il y a près de dix ans. A 62 ans, l'ancien patron du groupe parlementaire conservateur au début des années 2000 a officialisé sa candidature surprise à la tête de l'Union chrétienne-démocrate (CDU).

Reconverti dans la finance depuis près de dix ans, il a affirmé avoir pris cette décision après «mûre réflexion». Elle est intervenue en fait à peine 24 heures après l'annonce du prochain retrait de la dirigeante conservatrice et courait avant même que Mme Merkel ne se présente devant les caméras et les micros lundi.

«Un acte de vengeance», analyse par conséquent Der Spiegel. Angela Merkel, qui n'était alors pas encore chancelière, l'avait poussé vers la sortie en 2002 en l'évinçant du très influent poste de chef du groupe parlementaire. L'ambitieux cadre conservateur ne lui a jamais pardonné, et en 2009, face à une Merkel fermement installée au pouvoir, il s'était complètement retiré de la vie politique.

Décision les 7 et 8 décembre Friedrich Merz n'a exprimé aucune critique directe à l'endroit de la chancelière, mais il a justifié sa candidature par la nécessité d«un nouveau départ et d'un renouveau» au sein de son parti. Le successeur d'Angela Merkel à la tête du parti chrétien-démocrate sera désigné les 7 et 8 décembre en congrès. Deux autres candidats sont en lice: l'actuelle secrétaire générale du parti et «protégée» de la chancelière, Annegret Kramp-Karrenbauer, et le ministre de la Santé et adversaire de Mme Merkel, Jens Spahn. Le dirigeant de la puissante région de Rhénanie du Nord-Westphalie, Amin Laschet, pourrait lui aussi entrer dans la compétition. Ce «come-back» inattendu n'est pas pour déplaire aux Allemands: selon plusieurs sondages, il a actuellement les faveurs du public face à ses rivaux. Réserve de taille: le nouveau président de la CDU ne sera pas désigné par les électeurs mais par un millier de délégués du mouvement.

Cap à droite S'il accède au poste suprême, marche-pied vers la chancellerie, Friedrich Merz mettra sans nul doute le cap à droite, au risque de rendre la cohabitation avec Mme Merkel difficilement gérable. Pourrait-elle dans ces conditions tenir comme elle l'entend jusqu'à la fin de son mandat dans trois ans? «Avec ses positions libérales en matière économique et conservatrices en matière sociétale, M. Merz serait le contre-modèle clair de Mme Merkel», prédit le politologue berlinois Oskar Niedermayer dans le Rhein-Neckar Zeitung. Retiré de la vie politique, Friedrich Merz a toujours refusé depuis de s'exprimer sur les questions politiques brûlantes, notamment sur la décision contestée de sa rivale d'ouvrir les portes de son pays à plus d'un million de réfugiés en 2015 et 2016. Un geste à l'origine de la baisse de popularité d'Angela Merkel. Sur le plan économique, ses positions sont très libérales, ce qui pourrait faciliter un éventuel rapprochement avec le petit parti libéral FDP. Au début des années 2000, il affirmait vouloir une déclaration d'impôt qui «tienne sur un sous-bock».

Anthithèse aussi au niveau privé Après son retrait de la politique, Friedrich Merz s'est lancé dans une carrière d'avocat d'affaires. Depuis 2016, il dirige aussi l'organe de contrôle de la filiale allemande de BlackRock, le plus grand gestionnaire d'actifs au monde. Cette entreprise américaine détient notamment des parts dans plusieurs des mastodontes économiques allemands, comme Allianz ou Bayer. La presse le présente du coup comme millionnaire. Il n'y a pas que sur le plan politique qu'il est l'antithèse d'Angela Merkel. M. Merz est originaire de l'ouest du pays, marié, père de trois enfants et catholique, là où la chancelière vient de l'ex-RDA, est divorcée et remariée, sans enfant et protestante. (ats/nxp)

Créé: 31.10.2018, 13h45

Articles en relation

L'inoxydable Merkel usée par 13 ans de pouvoir

Allemagne La chancelière allemande Angela Merkel a posé lundi les jalons de la fin de sa carrière, en annonçant que son mandat de chancelière était le dernier. Plus...

Angela Merkel quittera le pouvoir en 2021

Allemagne La chancelière allemande veut se retirer à l'issue de son mandat actuel en 2021. Elle quittera la présidence de son parti en décembre déjà. Plus...

Lourde défaite pour Merkel aux régionales en Hesse

Allemagne Angela Merkel a essuyé un cinglant revers au terme des élections régionales qui ont eu lieu dimanche, en Allemagne. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 18 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...