Au moins 60 morts dans un raid de Boko Haram

NigeriaLa ville de Rann, dans l'extrême nord-est du pays, a subi une sanglante attaque du groupe djihadiste en début de semaine.

(Image d'illustration) L'ONG Amnesty International a réalisé une enquête de terrain dans la région.

(Image d'illustration) L'ONG Amnesty International a réalisé une enquête de terrain dans la région. Image: Archives /AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'attaque du groupe djihadiste nigérian Boko Haram contre la ville de Rann en début de semaine a fait au moins 60 morts, selon Amnesty International qui a réalisé une enquête de terrain dans la région.

«L'attaque la plus sanglante de Boko Haram sur Rann, - ville dans l'extrême nord-est du Nigeria - a fait au moins 60 morts», a révélé l'organisation de défense des droits de l'homme, après que plus de 30'000 personnes eurent pris la fuite vers le Cameroun pour échapper au groupe djihadiste, qui contrôle désormais la zone.

(afp/nxp)

Créé: 01.02.2019, 18h30

Articles en relation

Plus de 30'000 personnes ont fui Boko Haram

Nigeria Une recrudescence des combats entre l'armée nigériane et le groupe djihadiste Boko Haram a provoqué un afflux de réfugiés dans le nord-est du pays. Plus...

La remontée en puissance alarmante de Boko Haram

Nigeria Les combattants du groupe de l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest sont parvenus à amasser de nombreuses armes et intensifient les combats au nord du pays. Plus...

«Récolter les morts»: le rapport d'Amnesty fâche

Nigeria Les autorités nigérianes menacent d'interdire Amnesty après son rapport accablant sur les conflits entre agriculteurs et éleveurs qui ont fait 3600 morts. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.