Benoît XVI lie la pédophilie à la révolution des mœurs

VaticanLe pape émérite accuse dans une lettre le concile Vatican II et Mai 68 d’être responsables des abus sexuels sur les mineurs.

Jusque-là silencieux concernant les abus sexuels sur mineurs dans l’Église, Joseph Ratzinger estime dans une lettre qu’avec Mai 68 «la pédophilie était considérée permise et convenable».

Jusque-là silencieux concernant les abus sexuels sur mineurs dans l’Église, Joseph Ratzinger estime dans une lettre qu’avec Mai 68 «la pédophilie était considérée permise et convenable». Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À un mois et demi du synode sur la pédophilie, le pape émérite Benoît XVI est sorti de sa réserve pour s’exprimer sur le fléau des abus commis par des prêtres sur les mineurs. Un document qui revendique la nécessité de revenir à une théologie traditionnelle sévère et dont la publication même est une énigme. Joseph Ratzinger écrit en effet qu’il a averti le pape François et le cardinal secrétaire d’État du Saint-Siège, Pietro Parolin, de la parution du texte. Mais «L’Osservatore Romano» ne l’a cité, sans commentaires, qu’en dernière page. Pas exactement le traitement réservé en général à un témoignage aussi fondamental s’il avait reçu l’approbation du pape François.

Le pape émérite allemand accuse le concile Vatican II, à son avis trop libéral et contraire à la tradition millénaire de l’Église, et la liberté sexuelle des années 1960 d’avoir ouvert la porte à toutes les dérives. À partir de mai 1968, «des films pornographiques ont été projetés près des gares. Des affiches avec des personnes nues sont apparues dans les villes. Des cercles homosexuels se sont constitués dans des séminaires où des films gays étaient diffusés. La conquête de la liberté sexuelle complète ne tolérait plus aucune norme. La pédophilie était considérée permise et convenable.»

Écroulement de la morale

Une vision apocalyptique qui ne surprend pas. Joseph Ratzinger a plusieurs fois raconté comment l’irruption d’étudiants grévistes, en mai 1968, dans une classe ou il enseignait l’avait traumatisé et alerté sur l’écroulement de la morale.

«Cette reconstruction historique n’est toutefois pas conforme à la réalité, estime le spécialiste de «Vatican Insider» Francesco Peloso. De nombreuses enquêtes ont démontré que les abus pédophiles ont commencé, notamment en Pologne, en Irlande et aux États-Unis, dès les années 1940. Et la thèse selon laquelle le concile Vatican II a ouvert la voie à la dépravation en renonçant à la tradition et en cédant à la modernité circule depuis cinquante ans. Mais elle n’est pas démontrée. Grand défenseur de la tradition, Marcial Maciel Delgado, le fondateur des Légionnaires du Christ, était en réalité un criminel sexuel.»

Pour Benoît XVI, l’Église s’est reniée en s’ouvrant à la modernité. «L’idée d’une Église meilleure créée par nous (ndlr: et distante de la tradition) est une proposition du diable par laquelle il veut nous éloigner du Dieu vivant en se servant d’une logique mensongère. La pédophilie s’est développée à cause de l’absence de Dieu. Une morale sans Dieu ne peut être qu’un monde dépourvu de sens, sans notion du bien et du mal.» Pour le pape émérite allemand, «l’autorité de l’Église en matière de morale a été remise en discussion».

«C’est sur ce point que Benoît XVI prend le plus de distance avec le pape François, explique Francesco Peloso. Il érige l’Église en tribunal suprême qui juge en permanence les fidèles au nom du dogme. Sans renoncer aux valeurs de la morale catholique, le pape François a, lui, placé son pontificat sous le signe de la miséricorde. Accueillir, non juger. L’Église est pour François «un hôpital de campagne», pas un tribunal.»

Joseph Ratzinger revient également sur le pontificat de Jean-Paul II, durant lequel il était préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi et donc responsable de la question des abus sur les mineurs. «La présomption d’innocence empêchait d’arriver à la condamnation des coupables. Mais l’encyclique «Veritas Splendor» (ndlr: publiée par Jean-Paul II) contenait l’affirmation que certaines actions ne peuvent jamais être considérées bonnes, qu’il existe des valeurs qu’on ne peut pas sacrifier.» Joseph Ratzinger défend là à juste titre son rôle dans la lutte contre les abus sexuels. Il fut le premier prince de l’Église à tenter de mettre les prêtres pédophiles hors d’état de nuire. Et s’il a courageusement démissionné, c’est en partie en raison de l’omerta qui l’a empêché de mener à bien cette mission. «En revanche, pour Jean-Paul II, la valeur suprême à protéger, en pleine guerre froide, était l’Église en tant qu’institution, affirme Francesco Peloso. Karol Wojtyla a sacrifié les victimes en étouffant toutes les affaires de pédophilie.»

Benoît XVI manipulé?

Le pape émérite a-t-il été manipulé pour alimenter «la querelle des deux papes»? De nombreux observateurs se le demandent. «Le document est de la main de Ratzinger, estime Francesco Peloso. On reconnaît sa pensée et son style. Mais il semble improbable qu’à 92 ans il ait été capable d’en organiser la publication simultanée sur des dizaines de sites dans des langues différentes.» Des sites conservateurs et en ouverte opposition au pape François.

Créé: 12.04.2019, 21h19

Articles en relation

Féministe au cœur du Vatican, Lucetta Scaraffia claque la porte

Église L’historienne dirigeait le supplément féminin du journal du Saint-Siège. Pour avoir dénoncé les abus de prêtres sur des sœurs, elle a dû quitter son poste. Plus...

La notion de tolérance zéro divise d’emblée Vatican et victimes

Agressions sexuelles Dès l’ouverture du sommet sur la pédophilie, jeudi, la sévérité maximum a été réclamée. Mais les recettes diffèrent. Plus...

«Le Vatican abrite une majorité d’homosexuels»

Mensonge d’État Avec «Sodoma», Frédéric Martel décrit l’omniprésence de l’homosexualité dans le clergé et dénonce l’hypocrisie de l’Église. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.