Berlin souffre de sa réputation de «ville catastrophe»

AllemagneAccueil déplorable des réfugiés, administration lente, aéroport neuf mais toujours fermé: la ville cumule les incompétences.

Une partie des 70?000 migrants ont été entassés dans l’ancien aéroport de Tempelhof.

Une partie des 70?000 migrants ont été entassés dans l’ancien aéroport de Tempelhof. Image: MARKUS SCHREIBER/AP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Berlin est l’une des destinations les plus en vogue en Europe. Avec plus de 12 millions de touristes par an, la capitale allemande a retrouvé le sourire après la déprime de la Réunification.

L’économie redécolle (avec néanmoins 10% de chômage), les comptes sont revenus à l’équilibre, la dette astronomique est passée sous la barre symbolique des 60 milliards. Et pourtant, Berlin continue d’être la risée de toute l’Allemagne. La ville la plus peuplée d’Allemagne et la plus pauvre (après Brême) n’arrive pas à se défaire de son image de ville chaotique. Ecoles en mauvais état, administrations débordées, manque de logements à loyer modéré, attentes interminables pour obtenir un document… rien ne fonctionne correctement dans la capitale de la première puissance économique d’Europe!

«Par Internet, j’ai demandé un rendez-vous à l’administration. Il n’y a aucun autre moyen pour s’adresser à un service. La première place qui m’a été proposée pour renouveler mon passeport, c’est dans six semaines! Je peux mettre une croix sur mes vacances», peste Franka Schneider, un Berlinoise qui voulait partir une semaine en Thaïlande cet hiver.

Aéroport symbole

Le symbole de plus éclatant de ce désastre administratif est l’aéroport «Willy Brandt» construit avec l’argent du contribuable par la région de Berlin et du Brandebourg. Nommé «BER» (Berlin-Brandebourg), ce bâtiment est flambant neuf. Mais il est toujours fermé… sauf pour des visites guidées! Prévu pour 2012 (avec quelques années de retard), le maire de l’époque (alors président du conseil de surveillance) avait stoppé le projet trois semaines avant l’ouverture en raison d’un «problème technique».

Trois ans plus tard, la Mairie est toujours incapable de communiquer une nouvelle date d’ouverture. «Si nous ne découvrons pas de nouveaux défauts, elle se fera fin 2017», assure, sans beaucoup de conviction, Mathias Müller, le nouveau maire social-démocrate.

Les coûts sont passés de 1 à 6 milliards de francs. Depuis, les problèmes se sont tellement accumulés qu’un député de l’Assemblée fédérale (Bundestag) a réclamé qu’on rase l’aéroport… pour en reconstruire un autre. «Ce serait plus simple et moins cher», a-t-il lâché.

Migrants entassés

L’incompétence de l’administration berlinoise s’est révélée pendant la «crise des migrants». Nulle part ailleurs, l’accueil des réfugiés n’a posé autant de problème. Avec 500 arrivées de demandeurs d’asile par jour, les fonctionnaires de cette ville de 3,5 millions d’habitants n’arrivent pas à traiter assez rapidement les dossiers.

Pour mettre un terme au désordre, on a également entassé une bonne partie des 70 000 migrants dans les gymnases, les foires d’exposition ou dans l’ancien aéroport de Tempelhof. «C’est une honte pour Berlin», lâche Ramona Pop, la présidente du groupe écologiste (Die Grünen) au parlement régional. Le responsable du centre a fini par démissionner… six mois après le début de la crise.

Enfin, un nouveau désastre attend Berlin, cette fois en termes d’image. La capitale reconstruit actuellement son «château» (Humboldt Forum), redessiné par l’architecte italien Franco Stella, pour plus de 650 millions de francs au centre de la ville. Ce bâtiment fut le symbole de Berlin pendant plus d’un demi-millénaire avant son dynamitage par les communistes en 1951.

Mais les Berlinois ignorent complètement ce projet qui prétend renouer avec un passé… qui n’existe plus. Alors que le gros œuvre est achevé, les dons, qui doivent financer la coupole et trois façades en pierre (80 millions), n’ont pas encore atteint 50% de la somme nécessaire… Un véritable enthousiasme!

Créé: 30.12.2015, 07h44

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.