Bolsonaro, virulent et agressif, sans charisme

BrésilL'ex-capitaine de l'armée et président brésilien ne serait pas à l'aise en public, selon des experts.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La fréquente virulence des propos du président brésilien d'extrême droite Jair Bolsonaro s'accompagne d'un langage corporel souvent agressif. Cette posture sert de mécanisme de défense à un homme peu à l'aise en public, estiment des spécialistes consultés par l'AFP.

Loin d'être un grand tribun comme son prédécesseur Luiz Inácio Lula da Silva, l'ex-capitaine de l'armée se distingue par un style martial, droit comme un I, parfois crispé, le débit haché, un cheveu sur la langue.

Adepte des réseaux sociaux

Ce n'est pas pour rien que le président brésilien est un adepte des réseaux sociaux, qui lui permettent de s'exprimer de façon percutante, sans se soucier de sa gestuelle. «C'est tout sauf une personne extravertie. Il n'est pas vraiment charismatique», explique David Leucas, psychologue et spécialiste du langage non verbal à l'université Santa Ursula de Rio de Janeiro.

«La forme de son visage en elle-même évoque une personne en colère. Et son langage corporel est souvent agressif», souligne-t-il. «En temps normal, il gesticule beaucoup, des gestes énergiques, avec la main ouverte qui part de la poitrine vers l'avant, typique d'une personne qui tente d'établir un rapport de domination», résume le spécialiste.

«Effet tortue»

Mais le comportement de Jair Bolsonaro dépend aussi du contexte, de l'auditoire et du sujet abordé. S'il n'est pas à l'aise, le discours est bien moins fluide et il semble lire son texte comme une dictée.

C'était le cas lors du Forum économique de Davos (WEF), à la fin janvier, sa première sortie à l'étranger. Il a utilisé seulement six des 45 minutes qui lui étaient imparties, pour une prestation jugée terne et «superficielle» par les commentateurs.

«Quand il est sous pression, on peut voir son corps se figer, ses épaules rentrer. On appelle cela l'effet tortue», explique David Leucas. En observant de près la vidéo du discours de Davos, on peut voir que son regard cherche constamment le téléprompteur et qu'il semble se dandiner légèrement.

«Il n'a pas de base d'ancrage solide et il transfère constamment son poids d'une jambe vers l'autre. C'est un signe d'angoisse», explique M. Leucas. «S'il n'est pas à l'aise, soit il se crispe complètement, soit il commence à fuir les gens du regard et à adopter un langage plus agressif».

Très irritable

L'ex-capitaine Jair Bolsonaro, 64 ans, semble bien plus dans son élément quand il s'exprime lors de cérémonies militaires, auxquelles il se rend fréquemment. «C'est clair qu'il est bien plus relâché en présence de militaires. Sa posture est plus naturelle que quand il est face à des journalistes, par exemple», affirme Sergio Senna, professeur de l'institut brésilien de Langage corporel (IBRALC).

Mais selon lui, le président brésilien a appris au fil du temps à «adoucir» son discours et à mieux maîtriser ses émotions.

Député pendant près de 30 ans, Jair Bolsonaro s'est surtout illustré dans l'hémicycle par des dérapages. «Tout au long de sa carrière politique, beaucoup de gens ont profité de ce trait de caractère: il est très irritable et quand il commence à s'énerver, il dépasse les bornes», explique Sergio Senna.

Au-delà de la gestuelle, Jair Bolsonaro détonne également par le champ lexical qu'il emploie, avec beaucoup de termes se référant à l'armée ou à la patrie, ainsi que par son éternel souci de se démarquer du politiquement correct.

«Discours de haine»

«Sa façon d'éviter le politiquement correct consiste à parler sèchement, de façon agressive», affirme Claudiana Nogueira de Alencar, professeure de linguistique à l'université de l'Etat de Ceara (UECE).

Les références religieuses sont également récurrentes chez le président qui a bénéficié du fort soutien de l'électorat évangélique. Jair Bolsonaro se sent investi d'une «mission divine» depuis qu'il a réchappé d'un attentat, qui a failli lui coûter la vie en 2018, en pleine campagne électorale.

Une de ses phrases favorites est un verset biblique, de l'évangile selon saint Jean (8,32): «Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira». Il a cité ce verset lors de son discours de victoire après son élection, le 28 octobre 2018, affirmant qu'il avait senti «la présence de Dieu et la force du peuple brésilien».

«Il se présente comme un apôtre de la sincérité face à l'hypocrisie du politiquement correct (...), mais il livre, en fait, sa propre version de la vérité pour propager son discours de haine», estime Claudiana Nogueira. (ats/nxp)

Créé: 18.05.2019, 07h42

Articles en relation

Le président Bolsonaro défend son fils aîné

Blanchiment Le président brésilien Jair Bolsonaro est monté au créneau jeudi pour défendre son fils qui est soupçonné de blanchiment d'argent. Plus...

Bolsonaro annule sa venue à New York

Brésil Censé recevoir un prix à New York mi-mai, le président brésilien a annulé sous la pression de l'opinion publique américaine. Plus...

Trop de noirs pour Bolsonaro: pub interdite

Brésil Le président brésilien a fait retirer un spot publicitaire qui mettait en scène la diversité raciale et sexuelle du pays. Plus...

Un cadre de Ruag encense Bolsonaro

Suisse L'entreprise d'armement de la Confédération a sanctionné un directeur commercial qui avait loué la politique du président brésilien. Plus...

Pour Bolsonaro, le nazisme était de gauche

Brésil Après une visite au musée de l'Holocauste en Israël, le président brésilien s'est dit certain que le nazisme était de gauche. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...