Brexit: Michel Barnier veut des progrès d'ici juin

Union européenne Lors d'une conférence à Bruxelles, le négociateur en chef de l'UE a rappelé au gouvernement britannique que «l'heure tourne».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Michel Barnier a mis lundi la pression sur le gouvernement britannique pour progresser dans les négociations sur le Brexit. Le négociateur en chef de l'UE s'exprimait avant le sommet européen de juin. Il espère finaliser l'accord entre le Royaume-Uni et les 27 à l'automne.

Rendez-vous clé

«Il reste deux sessions de négociations entre maintenant et le mois de juin et personne ne doit sous-estimer le rendez-vous clé du mois de juin», a asséné M. Barnier lors d'une conférence à Bruxelles sur l'avenir de la politique de défense et de sécurité après le Brexit.

«Je le dit souvent, l'heure tourne», a-t-il répété une nouvelle fois. «Je rappelle à tout le monde que la date du retrait a été choisie par le Royaume-Uni lui-même», a-t-il ajouté.

Le retrait officiel du Royaume-Uni de l'Union européenne est prévu le 29 mars 2019, dans moins d'un an. Les 27 souhaitent conclure les négociations d'ici octobre-novembre afin de permettre aux parlements, européens et britannique, ainsi qu'au Conseil européen (les 27 Etats membres restant), de ratifier le traité final.

Risque d'échec

Il reste «deux points clés pour lesquels il y a un risque d'échec», a souligné Michel Barnier: la «gouvernance» de l'accord de retrait (le Royaume-Uni refuse de se soumettre à la juridiction de la Cour de justice de l'UE pour arbitrer d'éventuels contentieux qui découleraient de l'accord de retrait) et le problème de la frontière entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du nord.

«Il doit y avoir dans le cadre de l'accord de retrait des solutions opérationnelles pour l'Irlande et l'Irlande du nord», a martelé M. Barnier.

Lors d'une conférence de presse à l'issue d'une réunion entre les 27 pays restants sur l'état des négociations un peu plus tôt lundi, la présidence bulgare a également souligné que les solutions avancées pour l'instant par Londres n'étaient pas satisfaisantes. (ats/nxp)

Créé: 14.05.2018, 21h08

Articles en relation

«Faites-moi confiance», demande Theresa May

Grande-Bretagne Dimanche, la Première ministre britannique est revenue sur le Brexit dans la presse. Plus...

Boris Johnson étale les divisions de Londres

Brexit Le projet d'union douanière soutenu par Theresa May divise le gouvernement britannique. Plus...

Un Brexit sans accord pourrait être bloqué

Grande-Bretagne Les Lords donnent l'autorisation au gouvernement de dire non encore une fois à l'Europe. La proposition adoptée doit revenir en mai devant les députés. Plus...

Londres entretient les liens du Commonwealth

Sommet A moins d'un an du Brexit, Londres cherche à ranimer les liens avec les pays de son ancien empire colonial, lors du sommet du Commonwealth. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.