Ce mur de 150 km qui sème la discorde entre Tunisie et Libye

Anti-TerrorismeTunis a décidé d’ériger une séparation à la frontière de la Libye pour empêcher les passages illégaux

Habib Essid, le premier ministre tunisien.

Habib Essid, le premier ministre tunisien. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Stupide», «irresponsable» et «ridicule». Pour les responsables de Fajr Libya (Aube de la Libye), c’est-à-dire la coalition de milices au pouvoir dans l’ouest du pays, il n’y a pas de mots assez durs pour qualifier la décision prise par le gouvernement de la Tunisie voisine: construire un mur à la frontière entre les deux pays.

Evoquée mercredi par le premier ministre tunisien, Habib Essid, cette mesure n’est pas nouvelle. Elle avait été annoncée en juillet 2014. La mise en place de ces «obstacles» – terme utilisé par le Ministère tunisien de la défense – avait alors pour objectif de limiter la contrebande, devenue un business institutionnalisé dans la région frontalière. Les travaux ont débuté discrètement le 10 avril. Mais ce mur est revenu au-devant de la scène suite à l’attaque du 26 juin à Port El Kantaoui (près de Sousse), qui a coûté la vie à 38?touristes étrangers. L’auteur de l’attentat, Seifeddine Rezgui, avait en effet été entraîné en Libye, selon les autorités tunisiennes.

Un nouveau mur de Berlin?

Constituée de «bastion walls» (ndlr: cubes en grillage remplis de gravats) et de miradors, cette séparation reliera le poste frontière de Ras Jedir, au bord de la Méditerranée, à celui de Dehiba, 150 km plus au sud. «La première partie doit s’achever à la fin de 2015. Nous attendons le budget pour prolonger ces obstacles», explique Belhassen Oueslati, porte-parole du Ministère de la défense, qui refuse d’utiliser le terme de «mur», car «il rappelle celui de Palestine ou de Berlin».

Le «mur de Berlin», c’est justement ainsi que l’appellent les autorités de Fajr Libya, qui contrôle une bonne partie de cette frontière. «La plupart des attaques menées en Libye sont le fait de Tunisiens, rappelle Jamal Zubia, porte-parole du gouvernement de Tripoli. Le pire, c’est que les services de renseignements tunisiens refusent de coopérer avec nous. Ils construisent un mur, mais ils laissent passer les terroristes par les postes-frontières officiels.»

Amateurisme

Un conseiller du ministre des Affaires étrangères de Fajr Libya estime que cela ne changera rien à la menace terroriste, notant que Seifeddine Rezgui, auteur présumé de l’attaque de Port El Kantaoui, avait un casier judiciaire vierge. Agacé, le conseiller libyen s’en prend à l’amateurisme de ses voisins: «Dans son allocution samedi (ndlr: pour annoncer l’état d’urgence), le président tunisien a dit que la Libye partageait une frontière avec le Mali. Il faut vraiment qu’il révise sa géographie! Et qu’il revoie sa copie.» (24 heures)

Créé: 09.07.2015, 21h27

Articles en relation

L'état d'urgence ne fait pas l'unanimité en Tunisie

Lutte antiterroriste Annoncée samedi, la mesure suscite la critique. Comme la gestion de l’attentat de Sousse par les autorités. Plus...

L'exclusion des jeunes Tunisiens nourrit le djihadisme

Tuerie de Sousse Les espoirs douchés après la révolution, un sentiment d'exclusion et des violences policières persistantes expliquent pourquoi les idées djihadistes font leur chemin, selon des experts. Plus...

Tunis arrête 8 suspects en lien «direct» avec l'attentat

Sousse Huit personnes, dont une femme, «en relation directe avec l'exécution» de l'attentat qui a fait 38 morts la semaine dernière dans un hôtel de Tunisie, ont été arrêtées. Plus...

Le tourisme peut-il se remettre de l'attentat à Sousse?

Tunisie La station balnéaire a été attaquée à la kalachnikov. Trente-sept personnes ont été tuées, trois mois après l’attentat du musée du Bardo à Tunis Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 19 mars 2019.
(Image: Bénédicte) Plus...