Cinq morts dans des affrontements politiques

NigériaCinq personnes ont été tuées dans le sud-est du Nigeria dans des règlements de compte entre partisans de partis politiques.

Affiches électorales au Nigéria, à quelques jours des élections générales.

Affiches électorales au Nigéria, à quelques jours des élections générales. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les faits se sont produits durant des affrontements entre partisans des deux principaux partis politiques du géant ouest-africain, à quelques jours des élections générales.

Selon le porte-parole de la police de l'Etat du Delta, Andrew Aniamaka, qui s'exprimait lundi, les victimes, membres du parti au pouvoir au Nigeria, le Congrès des progressistes (APC), ont été tuées dimanche dans leur appartement d'Effurun, près de la ville pétrolière de Warri.

«Les victimes ont été abattues dans ce qui ressemble à des représailles menées par des personnes soupçonnées d'appartenir à des partis politiques de l'opposition», a déclaré M. Aniamaka. Et d'ajouter que «des hommes armés avaient tiré dans leur appartement depuis l'extérieur» un peu avant minuit.

«Le calme a été restauré dans la zone et nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour que de tels incidents ne se reproduisent plus, en particulier à quelques jours des élections générales», a-t-il déclaré.

Représailles

Le président du gouvernement local d'Uvwie, Ramson Onoyake a dans la soirée confirmé le bilan de cinq morts. «Six personnes ont été arrêtées en lien avec la fusillade», a-t-il déclaré, précisant que l'enquête suivait son cours.

Les représailles faisaient suite à de récents affrontements entre jeunes partisans du candidat de l'APC, le sénateur sortant Ovie Omo-Agegeet, et de sa rivale du Parti populaire démocratique (PDP, opposition), Evelyn Oboro.

Selon des sources hospitalières et des habitants contactés par l'AFP, ces violences ont fait trois morts et plusieurs blessés le week-end des 2 et 3 février, mais la police n'a pas confirmé ce bilan.

Violences et fraudes

Les Nigérians sont appelés aux urnes samedi pour les élections présidentielle et législatives dans le pays le plus peuplé d'Afrique, avec 190 millions d'habitants. Les élections sont régulièrement marquées par des violences entre partisans de responsables politiques rivaux, notamment à l'échelon local au Nigeria, qui a une longue tradition de violences et de fraudes depuis son passage à un régime démocratique en 1999.

Le président sortant Muhammadu Buhari, ancien général qui a dirigé une première fois le pays pendant les dictatures militaires des années 80, est en lice pour un second mandat et affrontera le candidat du PDP Atiku Abubakar, ancien vice-président entre 1999 et 2007. (ats/nxp)

Créé: 12.02.2019, 00h59

Articles en relation

Nigeria: 26 personnes tuées par des «bandits»

Afrique Des hommes armés ont attaqué des villages dans le dans le nord-ouest du Nigeria, tuant 26 personnes. Plus...

Au moins 60 morts dans un raid de Boko Haram

Nigeria La ville de Rann, dans l'extrême nord-est du pays, a subi une sanglante attaque du groupe djihadiste en début de semaine. Plus...

Attaque de Boko Haram contre une base militaire

Nigeria Le groupe djihadiste s'est infiltré dans une base de l'armée nigérienne vendredi soir. Trois soldats ont été tués. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.