Climat: un sommet pour ne pas «perdre la bataille»

FranceEmmanuel Macron a appelé à la mobilisation lors d'un sommet où des entreprises ont promis de s'éloigner des énergies fossiles.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«On est en train de perdre la bataille» contre le réchauffement climatique, a mis en garde mardi le président français Emmanuel Macron. Il a appelé à la mobilisation lors d'un sommet où des entreprises et institutions internationales ont promis de s'éloigner des énergies fossiles.

«L'urgence est devenue permanente et le défi de notre génération est d'agir, agir plus vite et gagner cette bataille contre le temps, cette bataille contre la fatalité, pour mettre en oeuvre des actions concrètes», a déclaré Emmanuel Macron. Il s'est exprimé devant une cinquantaine de chefs d'Etat et de gouvernement réunis à l'occasion du deuxième anniversaire de l'Accord de Paris sur le climat.

Il avait décidé d'organiser ce sommet après l'annonce par Donald Trump du retrait américain du pacte historique contre le réchauffement qui vise à contenir la hausse de la température sous le seuil critique de 2°C. Mais sur la base des engagements pris par les Etats, la planète se dirige toujours vers 3°C par rapport à l'ère préindustrielle.

Se désengager des énergies fossiles

En réponse aux appels à se désengager des énergies fossiles, la Banque mondiale a annoncé qu'elle arrêterait de financer après 2019 l'exploration et l'exploitation de pétrole et de gaz, sauf «circonstances exceptionnelles». L'institution souhaite ainsi «aligner sur les objectifs de l'accord de Paris» les financements qu'elle accorde aux Etats.

Le président américain, qui n'était pas invité, est le grand absent de cette réunion où il a été la cible des critiques. Au sommet, l'ancien secrétaire d'Etat John Kerry, n'a pas hésité à qualifier le retrait américain de «honte» et de «décision autodestructrice prise dans un but politique».

Peu avant la réunion, Emmanuel Macron avait de nouveau interpellé, dans une interview à la chaîne américaine CBS, son homologue américain sur sa «responsabilité face à l'Histoire». Il se disait toutefois «assez certain» qu'il allait «changer d'avis dans les mois ou les années à venir».

Présente lors de ce sommet, la présidente de la Confédération Doris Leuthard s'est montrée optimiste. «Il est nécessaire que l'on continue de parler du climat. Un tel événement permet de rappeler que nous sommes loin du compte en matière de réduction des émissions», a-t-elle déclaré lors d'un point de presse.

«La vie ou la mort»

Le défi du changement climatique «est immense, nous devons tout faire pour le relever», a insisté de son côté le Premier ministre fidjien Frank Bainimarama, président de la 23e Conférence de l'ONU sur le climat (COP23) qui s'est tenue en novembre à Berlin. «Nous savons que c'est la différence entre la vie ou la mort de millions de personnes vulnérables à travers le monde», a-t-il ajouté.

Outre les chefs d'Etat et de gouvernement - Angela Merkel, Donald Trump et Vladimir Poutine sont toutefois absents - une vingtaine de personnalités et chefs d'entreprise ont également répondu présents. La Chine, l'Inde ou le Canada, grands émetteurs de gaz à effet de serre, n'étaient représentés qu'au niveau ministériel. Le négociateur chinois pour le climat Xie Zhenhua a toutefois souligné l'engagement de son pays contre le réchauffement.

Côté américain, le milliardaire Bill Gates a promis, à travers sa fondation, de consacrer 315 millions de dollars (autant en francs) pour soutenir la recherche en agriculture, afin d'aider les plus pauvres des agriculteurs à s'adapter au changement climatique. En conclusion du sommet, Emmanuel Macron a exprimé le souhait que des «réunions de chantier» du même type soient organisées chaque année. «Nous avons commencé aujourd'hui à rattraper un peu de terrain (...) parce que des décisions concrètes sont prises, parce que nous avons été poussés à prendre ces engagements», s'est-il félicité lors du discours final.

Pas une conférence des donateurs

Les pays du Nord ont promis de porter à 100 milliards de dollars par an d'ici 2020 leurs financements climat aux pays du Sud. Ceux-ci réclament des assurances sur cette promesse, en particulier pour pouvoir s'adapter aux impacts des dérèglements: digues, surélévation des habitats et systèmes d'alerte météo notamment.

Mais le sommet de mardi n'est pas une conférence des donateurs, et doit se concentrer sur des «solutions concrètes». Un groupement de plus de 200 grands investisseurs a de son côté décidé de mettre la pression sur 100 entreprises parmi les plus émettrices de gaz à effet de serre, pour qu'elles adaptent leur modèle à la lutte contre le réchauffement. (ats/nxp)

Créé: 11.12.2017, 10h23

Articles en relation

La Suisse encore loin du tournant énergétique

Environnement La Suisse a le parc de véhicules automobiles le plus nocif pour le climat de toute l'Europe occidentale. Plus...

Obama et Hollande ont discuté du climat

France L'ancien président américain a rencontré le prédécesseur d'Emmanuel Macron, samedi dans la Ville lumière, pour parler de l'accord de Paris. Plus...

Mesures plus drastiques pour protéger le climat

Suisse Le Conseil fédéral veut réduire de 30% ses émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2030. La taxe sur le CO2 pourrait plus que doubler. L'essence va augmenter. Plus...

Le cri d'alarme de milliers de scientifiques

Climat Quelque 15'000 scientifiques de 184 pays ont lancé un avertissement face au manque d'actions pour préserver la planète. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.