Confidentialité: Facebook et Twitter à la traîne

Réseau socialLe respect de la vie privée n'est pas assez bien respecté sur les réseaux sociaux, estime Bruxelles.

Facebook, Twitter (photo) et Google  ont publié jeudi des changements visant à répondre aux exigences des autorités européennes en matière de confidentialité. Mais pas suffisants, selon Bruxelles.

Facebook, Twitter (photo) et Google ont publié jeudi des changements visant à répondre aux exigences des autorités européennes en matière de confidentialité. Mais pas suffisants, selon Bruxelles. Image: archive/photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Commission européenne a déploré jeudi que certains médias sociaux n'aient toujours pas suffisamment aligné leurs conditions de services sur les exigences de l'Union européenne (UE) en matière de respect de la vie privée de leurs utilisateurs.

Facebook, Twitter et Google ont publié jeudi des changements visant à répondre aux exigences des autorités européennes, mais ceux-ci ne «remplissent que partiellement les normes de la législation européenne», estime la Commission dans un communiqué.

L'exécutif européen a tout de même salué certaines modifications, qui permettront aux consommateurs de faire jouer leur droit de se retirer d'un achat en ligne. Les usagers de l'UE pourront aussi désormais déposer plainte en Europe, plutôt qu'en Californie d'où sont originaires les sociétés concernées.

Facebook réagit

Toutefois, Facebook et Twitter n'ont que partiellement répondu sur les problèmes de responsabilité légale et sur la façon dont les utilisateurs sont informés d'un éventuel retrait de contenu ou de la résiliation d'un contrat. «Il est inacceptable (...) que cela prenne autant de temps», a affirmé Vera Jourova, commissaire européenne chargée de la protection des consommateurs.

Invité à réagir, Facebook a indiqué à l'AFP «avoir depuis longtemps mis en place des outils pour informer les usagers à propos des retraits de contenus et avoir l'intention de développer ces outils cette année» suite au travail réalisé avec les instances européennes pour rendre les conditions d'utilisation «plus transparentes». «Nous ferons de nouvelles mises à jour de nos conditions d'utilisation plus tard cette année», a ajouté une porte-parole dans un mail.

La Commission s'est fait l'écho dès novembre 2016 auprès des opérateurs de médias sociaux des nombreuses plaintes de consommateurs, cibles de fraudes ou d'escroqueries lors de la consultation de ces sites web. Depuis, les opérateurs de médias sociaux «ont expressément accepté de modifier» plusieurs conditions d'utilisation, a rappelé Bruxelles.

Propositions en avril

Il s'agit notamment des conditions limitant ou excluant totalement la responsabilité des réseaux sociaux en ce qui concerne l'exécution d'un service. D'autres conditions obligeaient les consommateurs «à renoncer à des droits impératifs dont ils jouissent dans l'UE», comme celui de se rétracter après un achat. L'UE insiste aussi sur l'obligation d'identifier les «communications commerciales» et les «contenus sponsorisés». Les entreprises se sont engagées à introduire ces modifications dans leurs conditions d'utilisation, dans toutes les langues, d'ici le printemps.

Au mois d'avril, la Commission présentera ses propositions pour «moderniser» la législation existante en matière de protection des consommateurs et s'assurer de son application. Pour le Bureau européen des associations de consommateurs (Beuc), cette situation des réseaux sociaux, «inquiétante», montre la nécessité de doter la Commission du pouvoir de sanctionner ce type de comportement.

«Cela montre qu'il y a besoin de vrais pouvoirs de sanction quand une entreprise ne respecte pas la loi européenne. La motivation pour ces sociétés de se soumettre aux règles est assez faible. Les amendes ne devraient pas être symboliques mais être vraiment dissuasives, en allant jusqu'à un pourcentage de leur chiffre d'affaires annuel», a avancé Monique Goyens, directrice générale du Beuc. (ats/nxp)

Créé: 15.02.2018, 14h30

Articles en relation

Les éditeurs suisses s'attaquent à Google

Confidentialité Les entreprises suisses, comme Tamedia ou Swisscom, ont commencé à adapter leur politique de confidentialité. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 19 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...