Déferlante de plastique sur les plages néerlandaises

Pays-Bas Des conteneurs perdus continuent de s'échouer sur les îles des Wadden suite à un accident maritime. L'armée a été appelée en renfort.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des objets, du plastique et du polystyrène issus des quelque 270 conteneurs perdus par un navire dans la mer du Nord continuaient de s'échouer sur les plages néerlandaises. Des actions de nettoyage s'organisaient vendredi avec l'aide de l'armée.

Une centaine de militaires ont débarqué à l'aube sur l'île de Schiermonnikoog, une des plus touchées de l'archipel des Wadden, dans le nord des Pays-Bas, pour aider la population locale et les nombreuses autres personnes présentes à nettoyer les côtes. «Sur les différentes îles des Wadden, du plastique et des objets se sont de nouveau échoués» la nuit dernière, ont écrit dans un tweet les services de sécurité de la Frise, la région dont dépend l'archipel.

Au moins 270 conteneurs du MSC Zoe, touché par une tempête, sont tombés à l'eau dans la nuit de mardi à mercredi à proximité de l'île allemande de Borkum. Une trentaine d'entre eux se sont pour l'instant retrouvés en Allemagne et aux Pays-Bas.

«Un désastre»

Sur les côtes néerlandaises, les autorités en ont comptabilisé 22, remplis notamment de pièces détachées de voitures, d'écrans de télévision, d'ampoules, de meubles et de jouets.

Les petits bouts de polystyrène éparpillés dans les dunes par le vent sont un «désastre», estime un habitant de l'île de Terschelling, Siep Wobbes, cité par le quotidien NRC. «Chaque jour de l'année, nous faisons des efforts pour garder les plages propres. C'est déprimant de voir que tout est ruiné d'un coup», abonde en son sens Bert Wassink, le maire de l'île.

Substances toxiques

Trois conteneurs tombés du MSC Zoe, qui n'ont pas encore été localisés, contiennent des substances toxiques, ont dit les gardes-côtes néerlandais, selon lesquels il est fort probable qu'ils aient coulé.

Un sac contenant du peroxyde organique, une substance extrêmement inflammable qui peut être source d'irritations et de brûlures, en particulier utilisé dans la fabrication de plastiques, de polystyrène et de PVC, a été retrouvé jeudi sur une plage de l'île de Schiermonnikoog.

Sonars

Dans un courrier à la compagnie maritime MSC, dont le siège est à Genève, les maires de plusieurs îles des Wadden ont attribué à cette société la responsabilité de la «pollution des plages». Ils exigent le remboursement des frais occasionnés, a déclaré Tineke Schokker, la maire de Vlieland, à l'émission de télévision Jinek.

MSC a fait savoir que l'incident est pris au sérieux, tant pour les conséquences environnementales que pour les cargaisons de ses clients. Elle «travaille en étroite collaboration avec les autorités locales sur tous les aspects», a-t-elle indiqué.

Le groupe genevois va rechercher les conteneurs naufragés grâce à des navires équipés de sonars. Une entreprise spécialisée dans la récupération a été mandatée pour l'opération. Celle-ci coordonne également le nettoyage des plages. (ats/nxp)

Créé: 04.01.2019, 14h54

Articles en relation

Accident maritime: de la poudre toxique sur une île

Pays-Bas Un navire avait perdu 270 conteneurs en mer du Nord. Jeudi, un sac de 25 kg de substance toxique peroxyde a été retrouvé sur une plage néerlandaise. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.