Demirtas stoppe sa grève de la faim

Turquie - KurdesLe leader pro-kurde protestait contre ses conditions de détention «inhumaines» en Turquie.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le chef du principal parti pro-kurde de Turquie a annoncé vendredi soir qu'il mettait un terme à une grève de la faim entamée le matin même pour protester contre des conditions de détention «inhumaines». L'ouverture d'un dialogue avec l'administration pénitentiaire a été finalement possible.

Selahattin Demirtas, co-président du Parti démocratique des peuples (HDP), en détention depuis novembre, avait annoncé la veille vouloir démarrer une grève de la faim pour dénoncer les «pratiques illégales et inhumaines» dans la prison d'Edirne (nord-ouest).

D'autres détenus kurdes y avaient déjà commencé une grève de la faim le 25 février, à laquelle ils ont également décidé de mettre un terme vendredi après l'ouverture d'un dialogue et des «promesses» par la direction de résoudre les problèmes existants, selon un communiqué diffusé par le HDP. Le texte a été signé par les «prisonniers politiques» d'Edirne.

Il risque 142 ans de prison

Selahattin Demirtas s'est «réjoui» vendredi dans un communiqué séparé que cette opération se soit conclue avec «des engagements mutuels et bien intentionnés». Aucun détail n'a été donné sur les discussions qui se sont tenues. Outre Edirne, plusieurs prisonniers kurdes ont récemment entamé des grèves de la faim dans les prisons d'Izmir (ouest) Ankara et Van (est) pour protester contre leurs conditions de détention. Selon le HDP, une centaine de «prisonniers politiques» étaient en grève de la faim vendredi, dont certains dans des états de santé «critiques».

Le charismatique chef de file du HDP est visé par des dizaines de procédures judiciaires et risque notamment 142 ans de prison dans le cadre d'un procès où il est accusé de «diriger une organisation terroriste» et de faire de la «propagande terroriste». Les autorités turques accusent le HDP d'être la vitrine politique des séparatistes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation classée «terroriste» par Ankara, Washington et Bruxelles. (ats/nxp)

Créé: 31.03.2017, 23h52

Articles en relation

La banderole anti-Erdogan reprise sur un t-shirt

Suisse/Turquie Le centre alternatif de la Reitschule propose désormais la phrase controversée imprimée sur un t-shirt. Plus...

Violents incidents devant le consulat turc

Bruxelles De «graves incidents» ont éclaté jeudi devant le consulat de Turquie à Bruxelles entre partisans et opposants du président turc Recep Tayyip Erdogan. Plus...

Plus de 100 opposants kurdes condamnés

Turquie Au total, 111 personnes ont été condamnées mardi à des peines de prison pour appartenir à la branche urbaine du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 21 mars 2019.
(Image: Bénédicte ) Plus...