Des Iraniens dénoncent «les émeutes» à Téhéran

IranUn rassemblement s'est insurgé, lundi, contre les soulèvements qui ont secoué l'Iran, au son de slogans anti-américains.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des Iraniens ont défilé lundi en masse à Téhéran à l'appel des autorités pour dénoncer «les émeutes», après une vague de violences ayant secoué l'Iran la semaine précédente. Nombre de participants brandissaient des portraits de l'ayatollah Ali Khamenei.

«Cette guerre est finie», a lancé le commandant en chef des gardiens de la révolution aux manifestants, qui scandaient: «A bas l'Amérique», «A bas Israël», «A bas les séditieux». «Le coup de grâce a été porté» à l'ennemi, a ajouté l'officier à la tête de l'armée idéologique de la République islamique d'Iran.

Composée de femmes en tchador, d'hommes en civil ou de clercs chiites enturbannés, la foule a convergé par différentes avenues vers la place Enghelab («révolution» en persan), selon des journalistes de l'AFP sur place et des images diffusées en direct par la télévision d'Etat.

Hausse de l'essence

Sans donner d'estimation précise de la participation, plusieurs agences iraniennes ont qualifié la manifestation de «grand rassemblement populaire».

Les autorités iraniennes disent avoir ramené le calme après plusieurs jours de manifestations de colère et de violences ayant éclaté le 15 novembre, quelques heures après l'annonce d'une hausse surprise du prix de l'essence.

L'accès à Internet, qui avait été coupé par les autorités dès le 16 novembre dans l'ensemble du pays, n'avait toujours pas été rétabli à son niveau précédant la crise lundi en fin d'après-midi.

Les autorités ont fait état de cinq décès dans ces troubles. Amnesty International estime toutefois que plus de 100 contestataires auraient été tués, alors que l'ONU a dit craindre «des dizaines» de morts.

Depuis plusieurs jours, les autorités répètent que la contestation, au cours de laquelle des stations-service, des commissariats, des mosquées et des bâtiments publics ont été incendiés ou attaqués, est le résultat d'un «complot» ourdi à l'étranger. (ats/nxp)

Créé: 25.11.2019, 15h57

«Au moins 143» morts, selon Amnesty International

Au moins 143 personnes ont été tuées par les forces de l'ordre dans le mouvement de contestation qui a secoué l'Iran plus tôt en novembre, a indiqué lundi Amnesty International, revoyant à la hausse son bilan d'au moins 106 manifestants tués.

«La communauté internationale doit dénoncer l'usage intentionnel de la force létale par les forces de sécurité iraniennes ayant conduit au meurtre d'au moins 143 manifestants dans les rassemblements qui avaient éclaté le 15 novembre», écrit l'ONG de défense des droits humains dans un communiqué.

Articles en relation

Un dissident iranien abattu dans une rue d'Istanbul

Turquie Mesut Molavi, qui dirigeait un groupe contre la corruption en Iran, est mort après avoir reçu une dizaine de coups de feu. Plus...

Washington veut bloquer les comptes iraniens

Réseaux sociaux En représailles à la coupure d'internet, Washington souhaite que les comptes des leaders de l'Iran soient suspendus des réseaux sociaux. Plus...

Selon Khamenei, Téhéran a «repoussé l'ennemi»

Iran L''ayatollah Ali Khamenei s'est exprimé mercredi sur les manifestations qui ont secoué l'Iran ces derniers jours. Plus...

L'ONU demande à l'Iran de rétablir internet

Genève Mardi, l'ONU a appelé au calme après des heurts en Iran depuis vendredi, en raison de l'annonce d'une hausse du prix de l'essence. Plus...

Rohani prévient qu'il ne tolérera pas «l'insécurité»

Iran Le président iranien a annoncé dimanche qu'il n'autorisera pas «l'insécurité» lors des protestations qui ont fait au moins deux morts depuis vendredi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 12 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...