Des Twittos bloqués par Trump vont en justice

InternetDes utilisateurs de Twitter ayant été bloqués par le compte du président américain se tournent vers la justice pour protester.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des utilisateurs de Twitter ont annoncé mardi avoir intenté une action en justice contre le président américain Donald Trump qu'ils accusent d'enfreindre la liberté d'expression après s'être vus interdire l'accès à son compte, a annoncé l'organisation Knight First Amendment Institute.

Cette organisation estime que le président Trump et son service de communication «enfreignent le premier amendement (de la Constitution américaine, protégeant la liberté d'expression, NDLR) en bloquant l'accès d'utilisateurs au compte Twitter @realDonaldTrump parce qu'ils ont critiqué le président ou sa politique».

«Le président et ses conseillers ont, de façon extrêmement active, fait du compte @realDonaldTrump un canal de communication clé entre le président et le public», poursuit-elle dans un communiqué, relevant que «les conseillers du président ont déclaré que les tweets de ce compte constituent des déclarations officielles ». Il s'agit du compte personnel du président. Il dispose également d'un compte officiel, @POTUS, mais il l'utilise assez peu.

Un «forum public»

Selon l'organisation basée à la prestigieuse université new-yorkaise de Columbia, la Maison Blanche utilise ce compte personnel «pour faire des annonces officielles, défendre les décisions et les actions officielles du président, rendre compte des rencontres avec des dirigeants étrangers et promouvoir les positions du gouvernement sur la couverture santé, l'immigration, les affaires étrangères et d'autres sujets».

En conséquence, affirme-t-elle, c'est un «forum public» au sens du premier amendement, «ce qui veut dire que le gouvernement ne peut pas en exclure des gens, simplement à cause de leurs opinions».

Les internautes bloqués ne peuvent ni lire les tweets du président ni interagir avec lui, relève le Knight First Amendment Institute, concluant que ce blocage viole aussi les droits des utilisateurs du réseau social n'ayant pas été bloqués car l'espace de discussion a été purgé de voix discordantes.

La plainte a été déposée devant un tribunal new-yorkais par cette organisation, et pour le compte de sept utilisateurs bloqués. Outre Donald Trump, elle vise le porte-parole de la Maison Blanche Sean Spicer et Daniel Scavino, chargé des réseaux sociaux auprès du président. Le président Trump est connu pour son utilisation active de Twitter. (afp/nxp)

Créé: 11.07.2017, 23h28

Articles en relation

Elections US: Moscou a bel et bien voulu aider Trump

Etats-Unis Le fils aîné de Donald Trump a publié mardi préventivement sur Twitter des emails montrant qu'il avait accepté à l'été 2016 de recevoir l'aide du pouvoir russe pour nuire à Hillary Clinton. Plus...

Macron se «réjouit» de voir Trump le 14 juillet

Diplomatie Les présidents français et américain vont assister ensemble au traditionnel défilé militaire sur les Champs-Elysées. Plus...

Les contre-vérités russes du fils de Donald Trump

Etats-Unis «Junior» a rencontré une avocate proche du Kremlin en juin 2016. Il aurait récolté des infos «embarrassantes» sur Hillary Clinton. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

La mort, lundi, dans l'explosion de sa voiture, de la journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia a provoqué une immense émotion en Europe. Le fils de la victime a accusé le gouvernement de complicité.
(Image: Bénédicte) Plus...