Des emails révèlent l'influence russe sur le FN

FranceUne grande enquête du site Mediapart révèle le financement russe du Front national de Marine Le Pen et ses implications politiques.

Marine Le Pen a été reçue par Vladimir Poutine au Kremlin le 24 mars dernier.

Marine Le Pen a été reçue par Vladimir Poutine au Kremlin le 24 mars dernier. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Front national ne s'en est jamais caché: puisque les banques françaises refusent de lui accorder des prêts, il doit chercher de l'argent ailleurs. Et ce ailleurs, c'est en Russie. Mais alors que le FN affirme que ces prêts se sont faits sans que Moscou se mêle de sa politique, le site Mediapart montre, dans une vaste enquête qui vient de paraître, que c'est loin d'être le cas. Le Kremlin aurait ainsi fait passer, mot pour mot, des prises de position pro-russes au Parlement européen via un eurodéputé frontiste.

Mediapart, appuyé par le site d'investigation Re:Baltica, s'est plongé dans le réseau compliqué qui s'est constitué autour du député Alexandre Babakov, un proche du président Poutine et conseiller en charge des relations avec les organisations russes à l'étranger. Un réseau qui aurait fourni, en 2014, 9,4 millions d'euros au parti de Marine Le Pen. Un prêt au schéma tortueux, explique le site, qui fait apparaître «des versements passant par le Luxembourg et les îles vierges britanniques», avec en filigrane toujours le député Babakov.

Des contreparties politiques?

Y-a-t-il a eu des contreparties politiques à ce financement russe? A lire Mediapart, oui. Depuis l'arrivée de Marine Le Pen à la tête du FN en 2011, c'est tout un lobbying en faveur de Poutine qui s'est mis en place autour d'elle, notamment au Parlement européen, affirme Mediapart. Un lobbying qui se serait intensifié dans les mois qui ont précédé l'obtention du prêt russe.

Le site s'est procuré des e-mails qui montrent que deux interlocuteurs russes seraient directement liés à des prises de position du FN au parlement européen, via l'eurodéputé frontiste Jean-Luc Schaffhauser. Ainsi, selon Mediapart, celui-ci a reçu de leur part en juillet 2014 un exemple de déclaration sur la situation en Ukraine, exemple qu'il aurait transmis à Marine Le Pen. Et le politicien aurait repris ensuite mot pour mot ou presque ce texte lors de sa première intervention au Parlement le 17 juillet 2014. Son texte demandait à l'UE de proposer un cessez-le-feu en Ukraine et de mettre des observateurs de l'OSCE comme le proposait la Russie.

Jean-Luc Schaffhauser aurait également fait valider son intervention non seulement par la cheffe du Front national, mais aussi par l'un de ses deux interlocuteurs russes. Avant de l'envoyer sur les réseaux sociaux et d'organiser un dîner-débat sur l'Ukraine à Bruxelles. Peu de temps après, le prêt russe de 9,4 millions d'euros était signé, explique le site d'informations qui étaye ses révélations en publiant les échanges d'emails des protagonistes cités.

Pour la présidentielle actuelle aussi

Mais le financement russe du FN ne s'est pas arrêté là, car il fallait bien trouver de l'argent pour la campagne présidentielle actuelle. L'enquête de Mediapart révèle ainsi que le Front national aurait fait appel entre 2014 et 2016 à trois banques russes au profil douteux au cours de rencontres en France et à Genève.

La première, la FCRB, mise sous tutelle par la banque centrale russe, a fait faillite. La 2e, la Strategy Bank, contrôlée par Alexandre Babakov et épinglée pour blanchiment d'argent, a perdu sa licence bancaire. La troisième, la NKB Bank, une structure jumelle de la Strategy Bank, a fini également par perdre sa licence pour violations répétées de la loi sur le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme. Mais le Front national aurait finalement réussi à obtenir un prêt de 3 millions d'euros. Un banquier aurait confirmé avoir versé cette somme, sauf que ce ne serait pas sur les comptes du FN...

Sur le plan politique, les relations du FN avec Moscou ne se sont en tout cas pas affaiblies. On se souvient en effet que Marine Le Pen s'est rendue le 24 mars dernier au Kremlin. Elle y a été reçue par Valdimir Poutine lui-même. Le président russe a affirmé qu'il ne voulait pas influencer les événements en cours, mais qu'il se réservait le droit de communiquer avec les représentants de toutes les forces politiques de France. Selon Médiapart, qui cite des responsables du FN, ce n'était pas la première rencontre entre Marine Le Pen et le maître du Kremlin...

Créé: 03.05.2017, 15h28

Articles en relation

Duel télévisé crucial à quatre jours du scrutin

France Emmanuel Macron et Marine Le Pen s'affrontent mercredi soir lors d'un duel télévisé, quatre jours avant le second tour de la présidentielle. Plus...

Marine Le Pen plagie un discours de Fillon

France La candidate du Front National était présente pour le 1er mai, à Villepinte. Son intervention n'est pas passée inaperçue. Plus...

L'entourage de Marine Le Pen

France Coup de projecteur sur les proches qui entourent la candidate d'extrême droite à la présidentielle. Plus...

Le Pen-Macron, deux pôles contraires

Présidentielle française Le pro-européen Emmanuel Macron et la nationaliste Marine Le Pen proposent à la France un avenir diamétralement opposé. Plus...

Le Pen et Dupont-Aignan: une alliance inédite

Présidentielle Le chef du parti souverainiste deviendrait premier ministre si Marine Le Pen est élue présidente. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Ce week-end à Lausanne, les coureurs du semi-marathon et du marathon se verront proposer une bière (sans alcool) à l'issue de la course. Les organisateurs suivent ce qui se fait en Allemagne ou en Suisse alémanique. Car la bière est isotonique, riche en vitamines B10 et B12, et passe mieux que certaines autres boissons.
(Image: Bénédicte) Plus...