Des malades mentaux réduits à manger du papier

Afrique du SudQuelque 140 handicapés mentaux de l'hôpital Life Esidimeni à Johannesburg sont morts de faim, de soif ou d'hypothermie.

Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Deux boules de plastique rigide grosses comme le poing et deux boulettes de papier kraft. Voici le bol alimentaire retrouvé dans l'estomac de Deborah, 46 ans, lors de son autopsie. «Elle est morte de faim. Elle mangeait ce qu'elle trouvait dans sa chambre», a témoigné sa mère, Maria Phelhla, auprès de «The Economist».

Deborah fait partie des patients atteints dans leur santé mentale, transférés par les autorités sanitaires sud-africaines du jour au lendemain, dans des conditions proches de celles du bétail -«beaucoup étaient ligotés et entassés à l'arrière d'un pick-up direction des foyers supposément à but non lucratif». Le but? Économiser les coûts de la vraie prise en charge médicale assurée par un établissement digne de ce nom, en l'occurence Life Esidimeni.

«Comme les goulags de Staline»

Durant neuf mois en 2016 et en 2017, quelque 1200 patients comme Deborah ont été transférés. Dans l'un des foyers d'accueil improvisés, tenus notamment par de simples institutrices à la retraite, le bien mal nommé «Precious Angels», 23 des 58 patients sont morts de faim, de soif ou faute de soins en moins d'un an; une cadence qui aurait pu rivaliser avec celle des goulags de Staline, ironise «The Economist».

Ces informations ont émergé à la faveur des procès intentés par les familles pour arrêter les transferts. Les avocats qui défendent les familles ont qualifié ce dossier «de pire violation des droits de l'homme depuis l'apartheid». Aucune condamnation n'a été prononcée mais certains acteurs ont été suspendus de leurs fonctions et doivent se plier à des audiences judiciaires.

Pour illustrer l'indicible chaos, l'hebdomadaire donne encore deux chiffres: 59 patients sont toujours portés disparus et 9 corps n'ont pas encore été identifiés.

Jacob Zuma, dont le second mandat expire en 2019, a dû mettre en place une commission sur la corruption à la tête de l'Etat. Il fait lui-même face à 783 chefs d'inculpation de corruption, fraude fiscale et extorsion de fonds.

(nxp)

Créé: 12.01.2018, 12h50

Galerie photo

Les dates-clés de la présidence de Jacob Zuma en Afrique du Sud

Les dates-clés de la présidence de Jacob Zuma en Afrique du Sud Retour sur la présidence de Jacob Zuma, au pouvoir en Afrique du Sud depuis 2009. Son parti, le Congrès national africain (ANC), choisit cette semaine son nouveau chef dans la perspective des élections générales de 2019.

Articles en relation

Le pouvoir de Zuma ne tient plus qu'à un fil

Afrique du Sud Jacob Zuma, dont le second mandat expire en 2019, a multiplié ces derniers temps les déconvenues politiques et judiciaires. Plus...

Zuma quitte la tête de l'ANC et déplore son déclin

Afrique du Sud Le parti ANC désigne dimanche son nouveau chef. Le vainqueur se retrouvera en bonne position pour devenir le prochain chef de l'Etat. Plus...

Corruption: Zuma rattrapé par un dossier

Afrique du Sud Une cour va décider cette semaine si elle poursuit Jacob Zuma pour avoir touché des pots-de-vin en marge d'un contrat d'armement. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Un chien accompagne une pasteure dans les EMS, paru le 23 mai 2018
Plus...