Des options pour mieux taxer les Gafa

Union européenneLa Commission européenne a présenté des solutions pour mieux taxer les géants de l'internet, Google, Apple, Facebook et Amazon.

Google, Apple, Facebook et Amazon forment l'acronyme GAFA qui représente les actuels géants du web américains.

Google, Apple, Facebook et Amazon forment l'acronyme GAFA qui représente les actuels géants du web américains. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Commission européenne a présenté jeudi de premières pistes pour mieux taxer les géants de l'internet, comme Google. Ces acteurs sont régulièrement accusés de faire de l'optimisation fiscale, grâce à des montages financiers qui minimisent leurs impôts.

Selon l'exécutif européen, le taux d'imposition effectif des entreprises numériques dans l'Union européenne (UE) serait de seulement 9%, alors que celui des entreprises traditionnelles s'élève à plus de 20%.

En effet, le système de taxation actuel a été conçu pour l'économie traditionnelle et il ne permet pas de prendre en compte des activités qui reposent sur des actifs incorporels et des données immatérielles.

Contribuer à la discussion

En présentant ses premières réflexions jeudi, la Commission européenne contribue au débat en cours dans les 28 pays de l'UE, relancé il y a un peu moins de quinze jours par un projet emmené par la France et désormais soutenu par neuf autres pays.

Au sommet européen des chefs d'Etat et de gouvernement, dédié à l'économie numérique (une première dans l'histoire de l'UE), le 29 septembre à Tallinn, la question de la taxation de Google, Apple, Facebook et Amazon - communément désignés par l'acronyme Gafa - sera de nouveau au menu.

L'ambition de la Commission est de présenter une proposition législative au printemps 2018, qui devrait ensuite être approuvée par les Etats membres et le Parlement européen. «L'idéal serait d'avoir une approche mondiale, c'est pour cela que nous coopérons aussi avec l'OCDE et le G20», a dit le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis.

Pour toutes les réformes concernant la fiscalité en Europe, les 28 États membres doivent se prononcer à l'unanimité, ce qui rend les changements très difficiles.

Des remèdes à court terme

Dans ses pistes de jeudi, la Commission européenne parle de différents «remèdes à court terme», dont la proposition mise sur la table par la France et soutenue par dix pays (dont l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne).

Leur idée: avoir une taxe appliquée sur le chiffre d'affaires généré dans chaque pays européen par les géants du net.

Actuellement, c'est le bénéfice qui sert de référence à l'impôt sur les sociétés payé par les entreprises. Et nombre de multinationales du net concentrent leurs bénéfices dans des filiales domiciliées dans des pays à faible taux d'imposition, comme l'Irlande, même si elles génèrent presque toutes leur chiffre d'affaires dans d'autres pays de l'UE.

La Commission européenne juge plus opportun de profiter d'un projet de 2011 relancé en 2016, celui d'une assiette commune consolidée (pour) l'impôt sur les sociétés (Accis, ndlr).

S'il est adopté, ce nouveau régime sera obligatoire pour l'ensemble des sociétés - numériques ou non - au chiffre d'affaires supérieur à 750 millions d'euros (860 millions de francs), qui seront imposées là où elles réalisent des bénéfices. (ats/nxp)

Créé: 21.09.2017, 14h10

Articles en relation

Les géants d'internet en voie d'être mieux taxés

Union européenne Les ministres des Finances de l'UE, en réunion à Tallinn, veulent mettre un coup d'accélérateur au projet de taxation des GAFA. Plus...

HTC annonce son rachat partiel par Google

Téléphonie HTC, en difficulté, a annoncé jeudi la revente partielle de ses activités à Google pour 1,06 milliard de francs. Plus...

Google va concurrencer Apple avec son Pixel 2

Smartphones Le premier Pixel, dévoilé le 4 octobre 2016, n'avait été lancé que sur très peu de marchés en dehors des Etats-Unis. Plus...

Google poursuivi par trois ex-employées

Discrimination Trois ex-employées de Google, estimant avoir été moins bien rémunérées que leurs collègues masculins, ont porté plainte jeudi. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Ce week-end à Lausanne, les coureurs du semi-marathon et du marathon se verront proposer une bière (sans alcool) à l'issue de la course. Les organisateurs suivent ce qui se fait en Allemagne ou en Suisse alémanique. Car la bière est isotonique, riche en vitamines B10 et B12, et passe mieux que certaines autres boissons.
(Image: Bénédicte) Plus...