Deux journalistes tués au Guatemala

Liberté de la presseDeux journalistes ont été retrouvés jeudi attachés et tués par balle au Guatemala. Ils avaient disparu depuis lundi.

Laurent Castillo était le correspondant du quotidien Nuestro Diario et son collègue Alfredo de Leon travaillait pour la radio locale de Coatepeque.

Laurent Castillo était le correspondant du quotidien Nuestro Diario et son collègue Alfredo de Leon travaillait pour la radio locale de Coatepeque. Image: Twitter

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Deux journalistes guatémaltèques ont été tués et leurs cadavres abandonnés au milieu d'une plantation de cannes à sucre dans un village situé au sud de la capitale Guatemala, ont indiqué jeudi leurs familles et les autorités.

Laurent Castillo et Alfredo de Leon avaient disparu lundi et leurs corps ont été retrouvés jeudi par des ouvriers d'une propriété agricole de Santo Domingo, dans le département de Suchitepéquez (sud), a indiqué le procureur des droits de l'Homme, Jordan Rodas.

Les deux victimes, dont les pieds et les mains étaient attachés, ont reçu une balle dans la tête. Ils venaient de réaliser un reportage sur un carnaval qui se tenait dans la ville voisine de Mazatenango.

Laurent Castillo était le correspondant du quotidien Nuestro Diario et son collègue Alfredo de Leon travaillait pour la radio locale de Coatepeque, une ville située non loin du lieu où les corps ont été retrouvés.

«J'exige que les autorités mènent une enquête rapide afin de trouver les responsables de ce crime odieux», a déclaré le magistrat. Il a également exigé que les autorités mettent en oeuvre des protocoles de protection des journalistes. Le père de Laurent Castillo, Angel, a affirmé que les deux journalistes n'ont jamais fait l'objet de menaces de mort. (afp/nxp)

Créé: 02.02.2018, 05h02

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.