Donald Trump choisit de défier le Congrès

Etats-UnisLa Maison Blanche a annoncé mardi qu'elle allait dorénavant refuser de coopérer avec l'enquête pour «impeachment» des démocrates du Congrès.

Donald Trump à la Maison Blanche. (8 octobre 2019)

Donald Trump à la Maison Blanche. (8 octobre 2019) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après plusieurs jours d'atermoiements, Donald Trump a choisi la guerre ouverte avec le Congrès: la Maison Blanche a annoncé qu'elle refusait de coopérer à l'enquête en cours en vue d'une éventuelle procédure de destitution.

Argument central de l'exécutif américain: les investigations menées par les élus démocrates de la Chambre des représentants sur l'affaire ukrainienne ne sont ni légitimes, ni impartiales.

«Pour faire simple, vous essayez d'annuler les résultats de l'élection de 2016 et de priver les Américains du président qu'ils ont librement choisi», a résumé Pat Cipollone, avocat de la présidence, dans un courrier envoyé à Nancy Pelosi, présidente démocrate de la Chambre.

L'annonce de la Maison Blanche est «simplement une autre tentative de cacher les faits sur les efforts éhontés de l'administration Trump de faire pression sur des pouvoirs étrangers afin qu'ils interfèrent dans les élections de 2020», a dénoncé, dans un communiqué, la cheffe des démocrates au Congrès, Nancy Pelosi.

Absence de vote formel

Parmi les griefs de l'exécutif, Pat Cipollone met en exergue l'absence de vote formel à la Chambre pour déclencher ce processus. «Dans ces circonstances, le président Trump et son administration ne peuvent participer à votre enquête partisane et anticonstitutionnelle», écrit-il dans cette lettre de huit pages.

Les démocrates veulent déterminer dans quelle mesure le président américain a fait pression sur son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky lors d'un échange téléphonique afin qu'il cherche des informations compromettantes sur son rival Joe Biden. Donald Trump estime lui que cet appel était «parfait».

Empêcher le Congrès d'avancer dans son enquête pourrait constituer une entrave à la justice, rappellent-ils par ailleurs, soulignant que cela avait été l'un des trois motifs de destitution retenus à l'encontre du président Richard Nixon en 1974, avant sa démission.

«Tribunal bidon»

Marquant son soutien à la stratégie d'affrontement de Donald Trump, Mitch McConnell, chef de la majorité républicaine au Sénat, a estimé que la Chambre n'avait «pas suivi les mêmes procédures de base qu'elle avait respectées pour tous les autres présidents».

Très attendue, la missive de l'avocat a été envoyée au Congrès quelques heures après l'annonce de la décision d'empêcher l'ambassadeur des Etats-Unis auprès de l'Union européenne de témoigner devant les élus.

Venu de Bruxelles pour participer volontairement à l'audition , Gordon Sondland a été informé au milieu de la nuit par le département d'Etat qu'il ne devait pas s'y présenter. Donald Trump a justifié cet arbitrage en qualifiant les auditions du Congrès de «tribunal bidon».

«Un abus de pouvoir», a dénoncé Nancy Pelosi qui avait fait l'annonce choc, fin septembre, de l'ouverture de l'enquête en vue d'une mise en accusation («impeachment»). «Le président Trump doit arrêter de faire obstruction au Congrès», a lancé le candidat démocrate Joe Biden, à l'image entachée de fait par cette affaire ukrainienne.

En interdisant à l'ambassadeur Gordon Sondland, un «acteur-clé» dans l'affaire ukrainienne, de témoigner, la Maison Blanche tente encore une fois «de freiner et d'entraver l'enquête», se sont indignés les chefs démocrates des commissions chargées des investigations. Ils lui ont adressé mardi soir une injonction exigeant qu'il témoigne le 16 octobre et présente des documents que le département d'Etat refuse de livrer.

Un appel «effrayant»

Homme d'affaires ayant fait fortune dans le secteur hôtelier, Gordon Sondland a contribué à financer la campagne et la cérémonie d'investiture de Donald Trump, dont il est devenu proche. Il a participé cette année à des échanges de SMS entre diplomates qui sont désormais au coeur de l'affaire ukrainienne.

C'est par un mystérieux lanceur d'alerte que toute l'affaire est remontée jusqu'au Congrès. Membre des services de renseignement, il avait jugé qu'avec cet appel, Donald Trump avait «sollicité l'ingérence» de l'Ukraine dans la campagne pour sa réélection.

N'ayant pas assisté à l'appel, il s'est basé sur les témoignages de personnes présentes, dont un responsable de la Maison Blanche «visiblement sous le choc», qui avait décrit un échange «fou» et «effrayant», d'après des extraits des premières notes du lanceur d'alerte, publiées par des médias américains mardi.

Giuliani invité au Sénat

«Nous savons que l'ambassadeur Sondland a été un acteur-clé dans les efforts pour obtenir de l'Ukraine son engagement à enquêter sur une théorie du complot fallacieuse concernant l'élection (présidentielle) de 2016 ainsi que Joe Biden et son fils» Hunter, a déclaré Adam Schiff, président de la commission du Renseignement à la Chambre.

Les démocrates espèrent désormais entendre vendredi l'ancienne ambassadrice des Etats-Unis à Kiev, Marie Yovanovitch, que Donald Trump avait critiquée lors de l'appel.

Signe de la contre-attaque républicaine, Lindsey Graham, un grand allié du président au Sénat, a annoncé mardi qu'il comptait inviter l'avocat personnel de Donald Trump, l'excentrique Rudy Giuliani, à témoigner sur des affaires présumées de «corruption» en Ukraine. Comprendre: les républicains comptent désormais donner une plateforme solennelle aux soupçons que l'avocat propage depuis des mois sur les Biden. (afp/nxp)

Créé: 09.10.2019, 00h37

Les conseils de Carter à Trump? «Dire la vérité, tweeter moins»

Interrogé sur MSNBC sur l'attitude du locataire de la Maison Blanche, l'ancien président démocrate s'est montré très critique. «Je pense que ce n'est pas en adéquation avec ce que les Américains attendent», a expliqué Jimmy Carter, qui vient de fêter ses 95 ans. «S'il continue à ne pas coopérer et à empêcher les preuves d'être présentées devant la Chambre des représentants et le Sénat, son attitude va devenir, en elle-même, un autre élément qui pourra être utilisé contre lui». «Mon conseil serait de dire la vérité (...) et aussi de tweeter moins».

Articles en relation

Un ambassadeur empêché de témoigner au Congrès

Destitution de Trump Le bras de fer entre les démocrates et l'administration Trump a pris un tournant plus musclé mardi, dans le cadre de l'enquête sur le président US. Plus...

Trump sème la confusion dans une Maison-Blanche aux abois

États-Unis Menacé de destitution, Trump a envoyé des signaux contradictoires sur sa stratégie vis-à-vis de la Turquie et des Kurdes. Plus...

CBS prépare une mini-série sur Donald Trump

Etats-Unis La Maison-Blanche risque de ne pas apprécier le projet de CBS, puisque le studio s'inspirera du livre de l'ex-patron du FBI James Comey, viré par Donald Trump en 2017. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.