«El Chapo» aurait versé 100 millions de dollars à l’ex-président mexicain

États-UnisUn ancien homme de main du narcotrafiquant actuellement jugé à New York a impliqué lundi Enrique Peña Nieto.

Alex Cifuentes (à g.), un ancien associé d’«El Chapo» (1er plan), a témoigné devant le Tribunal fédéral de Brooklyn.

Alex Cifuentes (à g.), un ancien associé d’«El Chapo» (1er plan), a témoigné devant le Tribunal fédéral de Brooklyn. Image: Jane Rosenberg/Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Joaquin Guzman Loera, alias «El Chapo», n’a plus sa moustache iconique et a perdu du poids. À la table des accusés du Tribunal fédéral de Brooklyn, le célèbre narcotrafiquant de 61 ans n’a beau être que l’ombre du chef de cartel qu’il était avant son arrestation, le 8 janvier 2016 au Mexique, son procès donne lieu à un flot de révélations qui alimentent sa légende. Lundi, Alex Cifuentes, un ancien homme de main d’«El Chapo», a affirmé que ce dernier aurait payé un pot-de-vin de 100 millions de dollars à Enrique Peña Nieto, l’homme qui a quitté la présidence du Mexique le 30 novembre 2018.

«Fausses, diffamatoires et absurdes»

Toujours selon le témoignage d’Alex Cifuentes, un trafiquant colombien qui a été arrêté en 2013 et extradé aux États-Unis en 2016, Enrique Peña Nieto aurait approché «El Chapo» au moment de son élection en 2012 et aurait demandé 250 millions de dollars pour suspendre la chasse à l’homme que menaient à l’époque les autorités mexicaines. Il aurait finalement accepté la contre-offre d’«El Chapo» pour 100 millions de dollars.

Francisco Guzman Ortiz, l’ancien chef de cabinet d’Enrique Peña Nieto, a qualifié sur Twitter ces allégations de «fausses, diffamatoires et absurdes». Il a souligné que le gouvernement mexicain avait localisé, détenu et extradé «El Chapo» vers les États-Unis en janvier 2016. Au moment de son arrestation, le narcotrafiquant avait passé 6 mois en cavale après s’être échappé d’une prison de sécurité maximale en juillet 2015 en utilisant un tunnel de 1,5 kilomètre.

« On l’accuse d’être le patron alors que les vrais patrons vivent en toute liberté au Mexique»

Jeffrey Lichtman, l’avocat d’El Chapo, décrit depuis le début du procès son client comme le bouc émissaire du véritable leader, selon lui, du puissant cartel de Sinaloa, Ismael Zambada alias «El Mayo». «On l’accuse d’être le patron alors que les vrais patrons vivent en toute liberté au Mexique», avait assuré Jeffrey Lichtman à propos d’«El Chapo» en ouverture du procès en novembre dernier. «En vérité, il ne contrôlait rien. C’était Ismael Zambada qui dirigeait tout.»

L’accusation a appelé à la barre plusieurs témoins, qui ont contredit la théorie de la défense. Au début du mois, Vicente Zambada Niebla, fils d’Ismael Zambada et ancien lieutenant d’«El Chapo», avait décrit dans le détail le réseau mis sur pied par le célèbre narcotrafiquant et par son propre père, qui a pris le contrôle du cartel de Sinaloa depuis l’arrestation d’«El Chapo».

Hauts responsables accusés

Plusieurs autres témoins ont décrit une corruption généralisée au Mexique. Ils ont accusé plusieurs hauts responsables d’avoir reçu des pots-de-vin, dont l’ancien architecte de la lutte contre les cartels au sein du gouvernement d’Enrique Peña Nieto, un ancien général et l’ancien chef de la police fédérale de Mexico City. Ce dernier a été assassiné au Texas en 2003.

Face à ces témoignages accablants, les avocats de la défense pourraient décider de faire témoigner «El Chapo» dans les semaines qui viennent. S’il est reconnu coupable, le narcotrafiquant risque la prison à perpétuité.

(24 heures)

Créé: 16.01.2019, 22h20

Articles en relation

«El Chapo» écrit le dernier épisode de sa saga criminelle

Mexique - États-Unis Le procès de l’ex-patron du cartel de Sinaloa, le plus puissant du monde, démarre ce lundi à New York. Sous haute sécurité. Plus...

Sean Penn et l’évadé «El Chapo», l’interview qui fait polémique

Mexique L’entretien du baron de la drogue fait grincer des dents dans l’un des pays les plus dangereux au monde pour les journalistes. Plus...

Les fils d'El Chapo étalent leurs frasques sur Twitter

Mexique Alfredo et Ivan Guzman sont, tout comme leur père, recherchés par la police américaine. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.