Expulsé de son église, un pasteur est prêt à défier Pékin

ChineMalgré la fermeture des lieux de culte de son «Eglise de Sion» et l’expulsion de ses fidèles, le pasteur Jin Mingri veut continuer ses prêches.

Depuis la fermeture du lieu de culte, le pasteur se dit harcelé quotidiennement par les policiers,

Depuis la fermeture du lieu de culte, le pasteur se dit harcelé quotidiennement par les policiers,

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Son église a été fermée, ses fidèles expulsés et empêchés de s'approcher du bâtiment. Mais le pasteur Jin Mingri se dit prêt à continuer à prêcher, sans se laisser intimider par les pressions de la police chinoise.

«L'Eglise de Sion», fondée en 2007, était jusqu'à dimanche dernier l'une plus grandes associations protestantes de Chine à n'être pas reconnues officiellement par les autorités.

Lunettes rondes et cheveux poivre et sel, son pasteur et fondateur recevait chaque week-end jusqu'à 1600 fidèles qui venaient entendre ses sermons au troisième étage d'un immeuble de bureaux de la banlieue nord de Pékin.

Fermeture brusque

Mais le 9 septembre, quelque 70 policiers ont fait irruption, chassant les fidèles et arrachant les panneaux fixés aux murs, raconte le pasteur, lors d'un entretien accordé à l'AFP en chemisette lilas.

Les neuf autres lieux de culte de «l'Eglise de Sion» répartis à Pékin ont également été fermés, mais Jin Mingri assure qu'il continuera à prêcher, à l'extérieur du bâtiment s'il le faut. «Une église, ce n'est pas juste un lieu: c'est le fait de se retrouver ensemble pour prier», explique-t-il.

Résister

Alors que le régime du président Xi Jinping resserre la vis aux religions, notamment catholique et musulmane, le pasteur avertit qu'il y aura «de l'agitation» si le pouvoir tente d'éliminer les cultes.

«Nous devons continuer à nous battre pour la vérité et à défendre notre foi afin de faire face à ce défi», assure-t-il.

Religion bridée

La Chine ne reconnaît officiellement que cinq religions: protestantisme, catholicisme, bouddhisme, taoïsme et islam. Ces dernières sont regroupées en autant d'associations étatiques et tout culte existant en dehors de ces structures est a priori jugé illégal.

Les petites Eglises protestantes non déclarées, dont les membres se réunissent dans des appartements ou des lieux publics, ont cependant fleuri ces dernières années. Elles attirent de nombreux jeunes.

L'Eglise protestante officielle revendique 20 millions de croyants mais certaines estimations parlent de 70 millions, en comptant les institutions non officielles. Les catholiques seraient quant à eux 12 millions, répartis entre l'association étatique et «l'Eglise du silence».

Non aux caméras

Devant l'ancien site de l'Eglise de Sion, des dizaines de policiers montent encore la garde cette semaine, empêchant les journalistes de l'AFP d'approcher. Les autorités locales ont confirmé la fermeture de l'Eglise.

«Après enquête, il a été découvert que l'Eglise de Sion de Pékin n'était pas enregistrée. Elle se présentait comme une communauté et organisait des activités sans autorisation», a expliqué le Bureau des affaires civiles du district pékinois de Chaoyang. Les problèmes ont commencé en février, avec l'entrée en vigueur d'une réglementation plus stricte, raconte le pasteur Jin. Les autorités ont demandé l'installation de caméras à l'intérieur du sanctuaire.

«En 70 ans d'histoire de la République populaire, nous avons subi beaucoup de torts et de souffrances. Les fidèles ne se seraient pas sentis à l'aise si leurs informations personnelles étaient rendues publiques. Alors nous avons dit non» aux caméras, témoigne-t-il.

Répression

S'en est suivie une campagne de pressions envers les fidèles, à la maison ou sur leur lieu de travail, certains étant expulsés de leur logement ou invités à démissionner en raison de leurs liens avec l'Eglise, affirme le pasteur.

Le propriétaire du bâtiment a aussi refusé de renouveler le bail de l'église après son expiration en août.

Ces différentes pressions ont coûté 400 fidèles au pasteur Jin, rapporte-t-il. Depuis la fermeture du lieu de culte, il se dit harcelé quotidiennement par les policiers, qui l'ont interpellé brièvement mardi alors qu'il tentait de se rendre sur place pour récupérer des effets personnels.

«Cette façon qu'ils ont de vouloir contrôler la religion... ce sont des méthodes de l'Union soviétique», peste-t-il. (afp/nxp)

Créé: 13.09.2018, 15h32

Articles en relation

La censure chinoise s'abat sur la religion

Chine Il sera interdit de publier des contenus à caractère religieux sur l'Internet chinois. Le gouvernement veut réguler toute activité sacrée. Plus...

La Chine dissout une église protestante

Religion Pékin a mis fin, dimanche, aux activités de «L'Eglise de Sion» dans le cadre de sa politique de contrôle des pratiques religieuses. Plus...

Musulmans en Chine: une ONG dénonce

Droits de l'homme Human Rights Watch accuse Pékin d'interner arbitrairement des citoyens musulmans dans des «centres de rééducation». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...