Fin des tirs de roquette après la riposte israélienne

GazaLes groupes armés palestiniens ont annoncé la fin de leurs opérations après qu'Israël a frappé plus de 150 sites du Hamas.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Hamas et ses alliés dans la bande de Gaza ont annoncé jeudi stopper leur barrage de roquettes déclenché la veille contre Israël. Une Palestinienne enceinte et son bébé ont perdu la vie durant cette nuit d'hostilités.

La nouvelle poussée de fièvre entre Israël et le Hamas fait craindre un échec des efforts pour éviter un nouveau conflit.

Les groupes armés «ont cessé vers midi (11h00 en Suisse) toutes les opérations de représailles contre l'agression israélienne. Ils considèrent cet épisode d'escalade comme terminé», a déclaré un membre de leur commandement conjoint.

Un responsable du Hamas a confirmé l'arrêt, pour le moment, des tirs de roquettes lancés mercredi soir, 24 heures après la mort de deux membres de la branche armée du Hamas dans une frappe israélienne. L'armée israélienne n'a pas commenté.

Plus de 180 tirs

Les pourtours israéliens de Gaza ont essuyé entre mercredi soir et jeudi, plus de 180 tirs de roquettes et de mortier. L'aviation israélienne a riposté en frappant plus de 150 sites militaires du Hamas, le mouvement islamiste qui dirige l'enclave, selon des chiffres fournis par l'armée israélienne.

Le territoire reclus, appauvri et coincé entre Israël, l'Egypte et la Méditerranée, a résonné des frappes israéliennes pendant des heures, d'imposants panaches de fumée et des boules de feu s'élevant dans les airs. Trois Palestiniens, dont une femme enceinte de 23 ans, Enas Khammash, et sa fille Bayan de 18 mois, ont été tués dans ces raids israéliens, ont rapporté les secours gazaouis. Le troisième Palestinien tué a été identifié par le Hamas comme appartenant à sa branche armée.

Un porte-parole de l'armée israélienne, le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, a dit ne pas avoir d'informations sur cet évènement, mais, «par définition, nous avons seulement visé des cibles militaires utilisées par le Hamas». Douze autres Palestiniens ont été blessés dans les raids. Côté israélien, la pluie de roquettes venue de Gaza a ranimé les scènes connues de civils se précipitant vers les abris.

Course vers les abris

A Sdérot, localité atteinte par plusieurs projectiles, Hagit Shitert, 45 ans, a elle aussi couru aux abris. Dans la panique, un de ses fils s'est blessé dans l'escalier quand une roquette est tombée près de leur immeuble, criblant la bâtisse d'éclats, pulvérisant l'arrière d'une voiture et laissant un trou béant dans le sol. Mais «jamais, jamais, je ne partirai», assure-t-elle.

Hormis Sdérot, la plupart des projectiles sont tombés dans des zones inhabitées et le système de défense anti-aérien israélien a intercepté plus de 30 engins, selon l'armée.

Trois guerres

Cette confrontation alimente l'inquiétude d'une nouvelle conflagration bien qu'Israël et le Hamas soient engagés dans des discussions indirectes, par l'entremise de l'Egypte et de l'ONU, pour une trêve durable.

Israël et le Hamas, ainsi que ses alliés, se sont livré trois guerres à Gaza depuis 2008. Ils observent depuis 2014 un cessez-le-feu tendu, régulièrement mis à l'épreuve par les actes hostiles de part et d'autre de la barrière de sécurité israélienne qui ferme hermétiquement la frontière avec Gaza.

Les accès de fièvre se multiplient depuis le 30 mars et le début d'un mouvement de protestation palestinien le long de la barrière pour dénoncer, entre autres, le blocus imposé par l'Etat hébreu à l'enclave. Les tensions ont été exacerbées par le transfert, le 14 mai par les Etats-Unis, de leur ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem.

Au moins 165 Gazaouis ont été tués par des tirs israéliens depuis le 30 mars. Un soldat israélien a été tué le 20 juillet près de Gaza, pour la première fois depuis 2014.

«Croisée des chemins»

Les hostilités dans la nuit de mercredi à jeudi sont la troisième confrontation majeure depuis juillet. L'envoyé spécial de l'ONU Nickolay Mladenov, a appelé toutes les parties à «s'éloigner du bord du gouffre».

Le président palestinien Mahmoud Abbas, cité par l'agence de presse palestinienne Wafa, a réclamé l'intervention «immédiate et urgente» de la communauté internationale.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu réunit jeudi après-midi le cabinet de sécurité, forum restreint examinant les questions stratégiques. (ats/nxp)

Créé: 09.08.2018, 15h31

La Colombie reconnaît l'Etat palestinien

La Colombie a décidé de reconnaître la Palestine en tant qu'Etat libre, indépendant et souverain, selon un document officiel publié mercredi à Bogota. Plus de 130 pays reconnaissent déjà l'Etat palestinien.

Galerie photo

Proche Orient: un siècle de conflit entre Israël et Palestine

Proche Orient: un siècle de conflit entre Israël et Palestine Le conflit israélo-palestinien a pris naissance à la fin du XIXe siècle. De la déclaration Balfour promettant la création d'un Foyer national juif à la reconnaissance par Donald Trump de Jérusalem comme capitale d'Israël.

Articles en relation

Israël liquide deux membres du Hamas à Gaza

Proche-Orient Deux membres de la branche armée du mouvement islamiste palestinien Hamas ont été victimes d'un tir de drone, selon le Hamas. Plus...

Nouvelles violences dans la bande de Gaza

Proche-Orient Les forces israéliennes ont tué par balles un Palestinien. Au moins 220 autres personnes ont été blessées vendredi lors de manifestations hebdomadaires. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.