Gigantesque réseau de cybercriminalité démantelé

MondeUn groupe criminel, nommé «Avalanche», a sévi dans 180 pays, via des logiciels malveillants.

(Photo d'illustration).

(Photo d'illustration). Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les polices de 28 pays ont démantelé un gigantesque réseau de cybercriminalité. Ce dernier a sévi dans plus de 180 pays, infectant plus d'un demi-million d'ordinateurs et provoquant des pertes évaluées à des «centaines de millions d'euros», a annoncé jeudi Europol.

Sous le nom «Avalanche», ce réseau criminel a procédé à «des attaques en ligne, à l'aide de logiciels malveillants». Il a également permis de «recruter des 'mules à argent'», des intermédiaires chargés de blanchir de l'argent pour le compte d'organisations criminelles, a indiqué l'Office européen de police dans un communiqué.

Contacté par d'autres groupes criminels, le réseau envoyait des courriels contenant des logiciels malveillants à des personnes précises afin de dérober des données bancaires ou des mots de passe sensibles.

Il menait également des attaques dites de déni de service distribué (DDoS), consistant à rendre un serveur indisponible en le surchargeant de requêtes simultanées.»

Banques attaquées en Allemagne

«Des victimes de logiciels malveillants ont été identifiées dans plus de 180 pays», a indiqué Europol depuis La Haye, où est basée l'organisation. Selon l'Office, les pertes enregistrées s'élèvent à des «centaines de millions d'euros».

En Allemagne, où les activités du réseau ont d'abord été détectées, les pertes s'élèvent à six millions d'euros suite à des «cyberattaques concentrées sur les systèmes en ligne des banques».

Les autorités policières en Australie, Bélize, Inde ou Singapour, et 25 autres pays, ont saisi 37 serveurs, effectué 39 perquisitions et bloqué 800'000 noms de domaines.

Directeur arrêté

«Avalanche fonctionnait comme une société, et nous avons arrêté son directeur exécutif et son conseil de direction», a expliqué le directeur de centre contre la cybercriminalité d'Europol, Fernando Ruiz.

L'opération de démantèlement a notamment été assurée par Europol, ainsi que l'unité de coopération judiciaire européenne Eurojust, Interpol et le FBI.

La directrice d'Eurojust, Michele Coninsx, a salué un «moment important dans la lutte contre la cybercriminalité organisée». Avalanche était l'une des infrastructures du «botnet», réseau de machines zombies elles-mêmes piratées et utilisées à l'insu de leurs propriétaires, a-t-elle ajouté.

L'opération de démantèlement a été l'une «des plus grandes à ce jour» enregistrée dans ce domaine par les autorités policières. (ats/afp/nxp)

Créé: 01.12.2016, 21h27

Articles en relation

300 criminels arrêtés dans des bandes organisées

UE L'opération, menée par 52 polices européennes, visait les réseaux liés à l'immigration illégale, au trafic d'êtres humains et de drogue et à la cybercriminalité. Plus...

La sécurité informatique est l'affaire de tous

Cybercriminalité Les spécialistes de la cybercriminalité se réunissent cette semaine à Monaco afin de sensibiliser la population pour mieux résister aux pirates informatiques. Plus...

L'UE renforce ses règles de cybersécurité

Cybercriminalité Le Parlement souhaite que les attaques contre les sites internet des entreprises soient prises plus au sérieux. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

La caisse maladie demande aux thérapeutes de revoir leurs tarifs à la baisse «pour correspondre aux conditions du marché». Si tel n'est pas le cas, leurs prestations ne seront pas remboursées. Paru le 23 août.
Plus...