Grève générale au Brésil, transports publics bloqués

Manifestation Protestant contre la réforme des retraites, les syndicats brésiliens ont appelé vendredi à une large mobilisation dans tout le pays.

La grève perturbe les transports publics au Brésil.
Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Perturbations dans les transports, blocage de routes et incidents ont eu lieu au Brésil vendredi en raison d'un appel à la grève générale contre la réforme des retraites, alors que la Copa America de football s'ouvrait à Sao Paulo.

Avec des marches de protestation en fin de journée, le gouvernement de Jair Bolsonaro, en fonction depuis moins de six mois, était confronté à de nouvelles manifestations dans les grandes villes. Mais le mouvement de protestation est apparu nettement moins important que ceux des 15 et 30 mai, qui avaient fait déferler des centaines de milliers de Brésiliens dans les rues pour défendre l'éducation.

Les syndicats avaient appelé les travailleurs à faire grève dans les transports et à bloquer les routes dans toutes les grandes villes pour protester contre la réforme des retraites qui, si elle a été édulcorée pour avoir ses chances de passer au Parlement, reste très impopulaire.

Des manifestations ont eu lieu dans près de 200 villes des 27 EÉtats du Brésil, a indiqué le site G1. Les syndicats ont fait état de 45 millions de travailleurs grévistes dans 300 villes. Ils ont aussi rapporté des grèves dans les secteurs du pétrole, de la banque et de la poste, de même que d'enseignants et d'étudiants, très mobilisés contre les coupes claires dans les budgets de l'éducation.

La plupart des rassemblements se sont déroulés dans le calme. Des affrontements entre policiers et manifestants ont toutefois éclaté au moment de la dispersion des cortèges à Rio de Janeiro et Sao Paulo, les forces de l'ordre faisant usage de gaz lacrymogènes et de grenades assourdissantes, selon des journalistes de l'AFP sur place.

À Sao Paulo, la première ville du Brésil avec 20 millions d'habitants, la police a annoncé l'interpellation de 14 personnes, dont dix pour des incendies et dégradations et quatre pour avoir endommagé un minibus et menacé le conducteur. Des échauffourées ont également éclaté à Rio, où des milliers de personnes ont défilé le long de l'avenue Presidente Vargas.

Copa America

«La grève est un succès malgré les pratiques antisyndicales des patrons et des tribunaux et la répression policière dans divers Etats», a assuré Vagner Freitas, président de la CUT, la Centrale Unique des Travailleurs.

Le mouvement tombe mal pour le gouvernement dont la cote de popularité a chuté, alors que la Copa America, le tournoi de football qui va faire vibrer tout le continent, a débuté vendredi soir à Sao Paulo avec un match Brésil-Bolivie, en présence du président Bolsonaro.

Toutes les grandes villes du pays ont connu des perturbations dans les transports: la capitale Brasilia, Salvador de Bahia ou Recife (nord-est), Belo Horizonte (sud-est), Porto Alegre, Curitiba ou Florianopolis (sud), selon les médias brésiliens.

La réforme des retraites est la clé de voûte de la politique libérale du gouvernement, sous la houlette du ministre de l'Économie Paulo Guedes. Celui-ci a averti d'une catastrophe si le système n'était pas réformé: les caisses de retraites avaient un déficit de 83 milliards d'euros fin 2018 (5,5% du PIB) et la population vieillit vite.

«Faire des concessions »

L'avenir de cette réforme est menacé au Congrès, où le parti du président d'extrême droite ne dispose que de 10% des sièges et doit nouer de difficiles alliances pour obtenir la majorité des trois cinquièmes.

Une version édulcorée de la réforme a été présentée jeudi par son rapporteur: elle fait passer de 1200 milliards de réais (275 milliards d'euros) à 900 milliards de réais (206 milliards d'euros) les économies réalisées pour les coffres de l'Etat sur 10 ans.

Le rapporteur a notamment renoncé à des aspects polémiques de la réforme, tel le passage du système actuel par répartition à la retraite par capitalisation. Une décision très mal reçue par Paulo Guedes qui a déclaré qu'«approuver la réforme du rapporteur (avec ces coupes) signifierait faire avorter la réforme». Mais le président Bolsonaro a rétorqué qu«il est naturel de faire des concessions».

À Sao Paulo, les réactions des habitants étaient partagées face à la grève générale. «Ou on arrête tout, ou on n'arrête rien», a déclaré à l'AFP-TV à une station de bus Vanilda Souza Vieira, «s'arrêter à moitié, c'est une farce». «Je suis contre parce que cela paralyse toute la ville, cela porte préjudice aux entreprises commerciales. Quand il y a grève à São Paulo, tout s'arrête», dit de son côté Flavio Moreira, autre usager des transports. (ats/nxp)

Créé: 14.06.2019, 18h23

Articles en relation

Le réexamen du cas Lula reporté

Brésil Des révélations explosives avaient remis à l'ordre du jour de la Cour suprême l'examen de la demande de libération de Lula. Plus...

Les droits de l'Homme menacés sous Bolsonaro

Amnesty International Les droits à la vie, à la santé, à la liberté et à la terre sont menacés depuis que Jair Bolsonaro est président du Brésil, selon Amnesty International. Plus...

L'ex-président Temer remis en liberté

Brésil Michel Temer a retrouvé la liberté ce mercredi. Il avait été arrêté pour la deuxième fois dans le cadre de l'affaire «Lavage express». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...