Harcelé au travail, un jeune gay se suicide

BirmanieOpprimé par ses collègues homophobes, un Birman s'est donné la mort provoquant la protestation de la communauté LGBTQ dans le pays.

Les relations homosexuelles restent illégales en Birmanie. (Photo d'illustration)

Les relations homosexuelles restent illégales en Birmanie. (Photo d'illustration) Image: i stock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La communauté LGBTQ naissante en Birmanie a appelé mardi à dépénaliser l'homosexualité et lutter contre le harcèlement après le suicide d'un jeune gay qui a raconté sur Facebook le calvaire infligé par des collègues homophobes dans l'université où il travaillait.

Les relations homosexuelles restent illégales en Birmanie, aux termes des lois héritées de l'époque coloniale, et même si le premier festival LGBT a été autorisé l'an dernier, les groupes militants dénoncent l'homophobie et les discriminations persistantes dans ce pays socialement conservateur.

Bibliothécaire de 26 ans

Kyaw Zin Win, bibliothécaire à l'Université impériale birmane, s'est suicidé à l'âge de 26 ans après avoir posté un dernier message sur Facebook, adressé à sa famille et à ses amis. Il dénonce un pays «où les supérieurs oppriment ceux qui sont sous leurs ordres» et raconte comment ses collègues l'ont harcelé.

Selon lui, ses chefs l'ont obligé à révéler son homosexualité et diffusaient des captures d'écran montrant des messages sur des chats pour montrer que ses collègues se moquaient de lui.

Les posts du jeune homme sur Facebook ont été partagés des milliers de fois, accompagnés de commentaires indignés. «Les mots peuvent tuer (...), c'est un meurtre», écrit ainsi Hein Aung Thu. L'université a indiqué à l'AFP enquêter sur l'affaire. Lundi, elle a publié un communiqué pour transmettre ses sincères condoléances après cet événement «tragique», précisant avoir rendu visite à sa famille.

Rassemblement organisé

Le harcèlement au travail est très fréquent en Birmanie, a déclaré Hla Myat Tun, co-directeur de Colors Rainbow, un groupe LGBTQ, expliquant que son organisation recevait de nombreux appels de jeunes en quête de soutien psychologique. Les militants LGBTQ comptent organiser un rassemblement cette semaine à la mémoire de Kyaw Zin Win et réclamer la dépénalisation de l'homosexualité ainsi qu'une loi contre les discriminations.

Les autorités birmanes avaient autorisé pour la première fois un rassemblement LGBTQ dans un parc public l'année dernière et environ 12.000 personnes y avaient participé. Galvanisés par ce succès, les organisateurs avaient décidé cette année d'appeler officiellement «Pride» la première parade nautique gay qui s'est déroulée en janvier dans le cadre d'un festival LGBTQ, bien que les conditions ne soient pas encore réunies pour une véritable parade au grand jour dans les rues de Rangoun. (afp/nxp)

Créé: 25.06.2019, 14h41

Articles en relation

La Birmanie accusée de «crimes de guerre»

Birmanie Amnesty déclare détenir des preuves montrant l'armée birmane coupable de crimes de guerre contre l'Etat Rakhine. L'armée dément. Plus...

Birmanie: les journalistes de Reuters libérés

Asie Les deux journalistes de Reuters, détenus depuis plus de 500 jours, ont été amnistiés mardi puis libérés dans la foulée. Plus...

L'homosexualité reste un crime au Kenya

Afrique La plainte présentée par des associations de défense des droits des homosexuels a été «rejetée» par la Haute Cour du Kenya. Plus...

La peine de mort pour homosexualité dénoncée

Brunei Une coalition souhaite que Brunei, dont le code pénal suit désormais la charia, revienne sur sa décision. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.