Il cachait la cocaïne sous sa perruque

Espagne Arrêtée à l'aéroport de Barcelone, une «mule» avait dissimulé un demi kilo de coke sous sa perruque.

Photo de la «mule», prise par la police espagnole.

Photo de la «mule», prise par la police espagnole. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un Colombien a été arrêté à l'aéroport de Barcelone, dans le nord-est de l'Espagne, avec 500 grammes de cocaïne cachés sous sa perruque, a annoncé mardi la police.

Passager d'un vol en provenance de Bogota particulièrement surveillé par les forces de l'ordre, il a attiré l'attention des agents «par son état notable de stress et par la taille disproportionnée de la perruque qu'il portait», selon un communiqué de la police.

Il portait sous son chapeau une perruque qui dissimulait un sachet contenant 503 grammes de cocaïne pouvant valoir plus de 30'000 euros.

Arrêté fin juin lors de cette «Opération Perruque», il a été remis à la justice.

Cachettes improbables

En raison de ses forts liens culturels avec l'Amérique latine, l'Espagne est l'une des principales portes d'entrée de la cocaïne sud-américaine en Europe.

La drogue est importée la plupart du temps dans des cargaisons de marchandises ou transportée par des «mules», des passagers de vols réguliers qui la dissimulent sur eux.

Les forces de l'ordre espagnoles sont habituées à en retrouver dans les cachettes les plus improbables.

Ces dernières années, elles ont trouvé de la cocaïne dans une cargaison d'ananas, un fauteuil roulant, des implants mammaires, un set de vaisselle ou encore le plâtre d'un homme à la jambe cassée. (afp/nxp)

Créé: 16.07.2019, 12h37

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.