Ils fuient par milliers le dernier réduit de l'EI

SyriePlus de 11'000 personnes ont fui ces deux dernières semaines le dernier réduit du groupe Etat islamique dans l'est de la Syrie.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont lancé en septembre une offensive contre un bastion de l'EI dans la province de Deir Ezzor, non loin de la frontière irakienne, avec le soutien d'une coalition internationale antidjihadiste emmenée par les Etats-Unis.

Le 14 décembre, les combattants se sont emparés de Hajine, la plus grande localité du bastion, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Les djihadistes se trouvent encore dans les villages proches de Soussa et al-Chaafa, ainsi qu'une poignée de petits hameaux. Depuis la prise de Hajine, de plus en plus de gens ont fui le secteur, selon le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

«Ces deux dernières semaines ont été marquées par l'exode le plus important, avec la fuite de 11'500 personnes», a précisé M. Abdel Rahmane. «La majorité des déplacés sont des proches des membres de l'EI», a souligné le directeur de l'OSDH. Au total depuis septembre, 15'000 personnes ont abandonné le réduit de l'EI, selon la même source.

Combattants infiltrés arrêtés

Les FDS ont arrêté quelque 700 combattants de l'EI infiltrés parmi les déplacés, selon l'Observatoire, qui dispose d'un vaste réseau de sources à travers la Syrie en guerre. Les déplacés sont transportés par les FDS vers un champ pétrolier transformé en base militaire, où ils sont soumis à des contrôles d'identité. Les civils sont ensuite transférés vers des camps, tandis que les combattants sont interpellés.

Des combats se déroulent actuellement dans les villages d'al-Chaafa et Soussa, selon M. Abdel Rahmane, précisant que les raids aériens de la coalition internationale se poursuivent. «L'EI semble sur le point de s'effondrer, sa résistance a beaucoup diminué, ce sont les mines enfouies (par les djihadistes) qui entravent l'avancée des FDS», a-t-il indiqué, pronostiquant une défaite dans les jours à venir.

Le 19 décembre, le président Donald Trump a annoncé le retrait des 2000 militaires américains engagés en Syrie, arguant du fait que l'EI était «en grande partie vaincu».

Outre le réduit de Hajine, les djihadistes de l'EI se trouvent dans un secteur du désert syrien qui s'étend du centre du pays à la province de Deir Ezzor et où des affrontements sporadiques les opposent aux forces du régime syrien.

En Syrie et en Irak, l'EI a vu son «califat» autoproclamé se réduire comme peau de chagrin face à de multiples offensives, après une montée en puissance fulgurante en 2014. (ats/nxp)

Créé: 27.12.2018, 13h20

Articles en relation

La Belgique doit rapatrier six enfants de Syrie

Terrorisme La justice belge a ordonné à l'Etat de faire le nécessaire pour rapatrier des enfants de djihadistes qui se trouvent actuellement dans un camp en Syrie. Plus...

La Syrie se défend contre des «cibles hostiles»

Damas La défense anti-aérienne syrienne a tiré sur des «cibles ennemies» selon l'agence officielle Sana. Israël serait derrière ces attaques. Plus...

Le retrait des troupes américaines a été signé

Syrie L'administration Trump a signé l'ordre de retrait des troupes américaines en Syrie, laissant les kurdes sans soutien militaire. Plus...

L'émissaire US contre les djihadistes jette l'éponge

Etats-Unis/Syrie Brett McGurk est le second cadre américain à rendre son tablier après la décision de Trump de retirer ses troupes en Syrie. Plus...

L'EI a déjà entamé sa mue, selon des experts

Syrie En Syrie comme en Irak, le groupe de l'Etat islamique est déjà retourné à l'action clandestine. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.