Kate Upton accuse un fondateur de Guess

Harcèlement sexuelLa mannequin Kate Upton accuse Paul Marciano de lui avoir attrapé les seins «de force» lors d'une séance photo.

Kate Upton avant un défilé à New York en septembre 2017.

Kate Upton avant un défilé à New York en septembre 2017. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le top-model Kate Upton a détaillé ses accusations de harcèlement et de comportement sexuellement abusif contre le co-fondateur de la marque Guess Paul Marciano dans un entretien au magazine Time, après un premier tweet fin janvier. Des porte-parole de la marque n'ont pas répondu aux sollicitations l'AFP.

L'homme d'affaires franco-américain, né au Maroc, a déclaré à Time que ces accusations étaient «absolument fausses» et «absurdes» et qu'il ne l'avait «jamais touchée de façon inadéquate».

Kate Upton affirme qu'après sa première journée de photos avec Guess le 25 juillet 2010, M. Marciano --qui a fondé en 1981 les jeans Guess avec ses trois frères-- avait demandé à la voir et lui avait attrapé les seins «de force». Quand elle l'a repoussé, il s'est justifié: «Je veux voir s'ils sont vrais», raconte-t-elle.

Malgré ses efforts pour éviter tout contact physique, «il a continué à me toucher de façon dominatrice et agressive, attrapant mes cuisses, mes bras pour me tirer vers lui, mon cou, ma poitrine, à me sentir», détaille la mannequin connue notamment pour avoir posé en maillot de bain en couverture de Sports Illustrated.

Choquée et effrayée

«A un moment, il a attrapé de force l'arrière de ma tête pour que je ne puisse plus bouger et a commencé à embrasser mon visage et mon cou» jusqu'à ce qu'elle parvienne à se dégager, poursuit-elle, disant avoir été choquée et effrayée.

Celle qui vient d'épouser la star de baseball Justin Verlander dit qu'avant une autre séance de photos, il l'avait harcelée de coups de fil pour monter dans sa chambre d'hôtel et qu'elle avait refusé, «terrifiée». Le lendemain, «j'ai appris que j'étais renvoyée de la séance photo». «Quelqu'un avait appelé mon agence en disant que j'étais devenue grosse (...). J'étais dévastée».

Lorsqu'elle a de nouveau été sélectionnée pour des campagnes publicitaires Guess, elle n'a pas osé couper court aux SMS de Paul Marciano de plus en plus pressants, de peur d'être à nouveau renvoyée. Toute cette expérience a «miné ma confiance en moi. Je voulais quitter le mannequinat. Je m'en voulais», insiste encore Kate Upton.

Le monde de la mode comme celui du cinéma est en pleine introspection depuis l'affaire Harvey Weinstein, producteur accusé de harcèlement ou d'agressions sexuelles par plus de 100 femmes. Des photographes vedette comme Mario Testino, Terry Richardson et Bruce Weber ont vu leur réputation ternie par de nombreuses accusations similaires. (afp/nxp)

Créé: 09.02.2018, 01h49

Articles en relation

Westminster: un employé sur cinq harcelé

Scandale sexuel Un rapport révèle l'ampleur du harcèlement sexuel au sein du Parlement britannique. Un rapport recommande la mise en place d'un nouveau code de conduite. Plus...

Les femmes se mettent au Krav Maga

#metoo Dans le sillage des scandales de harcèlement, le public féminin veut pouvoir se défendre. Plus...

Los Angeles: les procureurs étudient trois cas impliquant Weinstein

Les procureurs de Los Angeles ont annoncé jeudi qu'ils étudiaient trois cas d'agression sexuelle présumée imputée au producteur hollywoodien déchu Harvey Weinstein. «Trois affaires concernant M. Weinstein ont été transmises à notre bureau le 1er février dernier par le département de police de Los Angeles et sont à l'étude», a déclaré un porte-parole du bureau des procureurs de Los Angeles.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.