Khashoggi: le Sénat US juge MBS «responsable»

Etats-UnisPour les sénateurs américains, le prince héritier saoudien est le responsable du meurtre du journaliste Jamal Khashoggi.

Mohammed bin Salman à droite, serre la main du fils de Jamal Khashoggi, Salah Khashoggi.

Mohammed bin Salman à droite, serre la main du fils de Jamal Khashoggi, Salah Khashoggi. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Sénat des Etats-Unis a infligé jeudi un double revers au président américain. Il a demandé l'arrêt du soutien des Etats-Unis à la coalition internationale au Yémen et a accusé le prince saoudien héritier d'être responsable du meurtre du journaliste Jamal Khashoggi.

Approuvées grâce aux votes de sénateurs démocrates et républicains, ces deux résolutions distinctes n'iront pas plus loin que le Sénat pour l'instant. Elles ne devraient pas être débattues à la chambre des représentants, au moins jusqu'au changement de majorité en janvier.

Elles ne semblent en outre pas prêtes à recevoir la signature du président américain qui entretient de bonnes relations avec l'allié stratégique saoudien. Mais elles ont une forte portée symbolique et témoignent de l'immense colère des sénateurs face à Ryad, provoquée par ce conflit sanglant et par le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi. Les 49 démocrates sur les 100 sénateurs américains ont voté en faveur de la résolution sur le Yémen ainsi que sept sénateurs républicains. Trois républicains se sont abstenus.

«Régime despote et assassin»

«Nous ne nous laisserons plus dicter notre engagement militaire par un régime despote et assassin en Arabie saoudite», a réagi le sénateur indépendant Bernie Sanders, l'un des promoteurs de ce texte.

Cette résolution appelle le président américain à «retirer les forces armées américaines des hostilités au Yémen ou affectant le Yémen, sauf les forces américaines engagées dans des opérations visant Al-Qaïda ou des forces associées». Ce vote «envoie un message puissant de la part des Etats-Unis à la coalition» saoudienne, a estimé Daniel Schneiderman, du centre de réflexion International Crisis Group (ICG).

L'ONU a annoncé jeudi une trêve dans des régions menacées par la famine au Yémen, où quatre ans de guerre ont fait environ 10'000 morts et menacent jusqu'à 20 millions de personnes de famine. «La paix est possible», a réagi Mike Pompeo, chef de la diplomatie américaine, tout en restant muet sur les votes des sénateurs.

Prince «responsable»

Le chef des républicains au Sénat, Mitch McConnell, avait appelé à voter contre cette résolution, qui s'attaque plus largement aux prérogatives présidentielles pour engager les Etats-Unis dans des conflits à l'étranger. Mais dans un geste remarqué, M. McConnell a soutenu la seconde résolution, présentée par le républicain Bob Corker.

En nette contradiction avec les déclarations publiques de M. Trump, qui a mis en doute le rôle de Mohammed ben Salmane, ce texte adopté sans aucune opposition «estime que le prince héritier Mohammed Ben Salmane est responsable du meurtre» du Saoudien Jamal Khashoggi.

Cet éditorialiste du «Washington Post» a été tué le 2 octobre dans le consulat de son pays à Istanbul, puis démembré lors d'une opération «non autorisée», selon Ryad. La résolution exige également la libération de Raif Badawi, un blogueur emprisonné pour «insulte» à l'islam, de sa soeur Samar Badawi, ainsi que des militantes «prisonnières politiques» arrêtées en 2018.

«Un fou dangereux»

Les sénateurs prennent soin de souligner que la relation avec Ryad est «importante pour la sécurité des Etats-Unis et ses intérêts économiques». Mais ils dénoncent les actes «erratiques» du royaume, en citant notamment l'engagement de l'Arabie saoudite dans le guerre au Yémen, l'affaire du premier ministre libanais Saad Hariri et «la suppression de la dissidence» dans le pays.

Ce comportement affecte, selon le texte, «la relation entre les Etats-Unis et l'Arabie saoudite, élément essentiel dans la stabilité de la région» notamment face à l'Iran. «La condamnation unanime du prince héritier saoudien par le Sénat américain envoie un message fort au roi Salmane: ce problème dans les relations Etats-Unis-Arabie saoudite ne peut pas être glissé sous le tapis ou ignoré», a réagi sur Twitter Martin Indyk, ex-diplomate américain et spécialiste du Moyen-Orient au groupe de réflexion Council on Foreign relations.

Mais la fronde contre Donald Trump semble bien circonscrite à la question du prince saoudien, «un fou», «dangereux», selon le sénateur républicain Lindsey Graham. (ats/nxp)

Créé: 13.12.2018, 22h00

Articles en relation

Khashoggi, «personnalité de l’année» de «Time»

Presse Le journaliste saoudien assassiné et d’autres représentants des médias honorés par le magazine. Plus...

Les derniers mots de Khashoggi dévoilés

Affaire Khashoggi La retranscription des derniers moments du journaliste prouve, selon CNN, la préméditation du meurtre par les Saoudiens. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.