Kurz et l'extrême droite s'installent au pouvoir

AutricheNeuf rassemblements de protestation étaient prévus à Vienne à l'heure de la prestation de serment du nouveau gouvernement.

Le nouveau chancelier Sebastian Kurz et sa compagne.

Le nouveau chancelier Sebastian Kurz et sa compagne. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le nouveau gouvernement autrichien formé par la droite et l'extrême droite a prêté serment lundi. Il a été contesté à Vienne par quelques milliers de manifestants, mais sans provoquer d'émois chez les partenaires de l'Autriche qui s'est engagée à garder un cap pro-européen.

La première fois que le Parti de la liberté (FPÖ) est entré au gouvernement il y a près de dix-huit ans en Autriche, des manifestations de masse contre l'extrême droite avaient obligé les nouveaux ministres à emprunter un tunnel entre la chancellerie et la présidence pour la prestation de serment. Lundi, le dirigeant du FPÖ, Heinz-Christian Strache, nouveau vice-chancelier, a pu gagner la Hofburg, siège de la présidence, «la tête haute et à l'air libre».

L'Autriche, à l'issue des élections législatives du 15 octobre, est le seul pays d'Europe occidentale où la coalition gouvernementale compte un parti d'extrême droite. Les réactions à ce nouvel accord entre les conservateurs de l'ÖVP et le FPÖ ont été bien moins vives qu'en 2000.

«Cabinet des horreurs»

Neuf rassemblements de protestation étaient prévus à Vienne à l'heure de la prestation de serment du nouveau gouvernement, à 11 heures. Plusieurs milliers d'Autrichiens ont manifesté devant le palais de la Hofburg pour protester contre l'investiture d'un gouvernement qualifié de «cabinet des horreurs». Environ 1500 policiers avaient été déployés dans la capitale.

Les manifestants, au nombre de 10'000 selon les organisateurs, ont défilé dans le calme avec des pancartes proclamant «Nazis dehors» et une banderole où l'on pouvait lire «Ne laissez pas les nazis gouverner». La police a estimé leur nombre à 5000-6000 et dit avoir procédé à trois arrestations. «Je redoute un virage total à droite, un durcissement du climat politique intérieur et de l'incitation à la haine contre les étrangers», a déclaré un manifestant.

«Respecter l'histoire autrichienne»

Le dirigeant conservateur Sebastian Kurz, 31 ans, est devenu le nouveau chancelier. Son parti, l'ÖVP, est arrivé en tête des élections avec 31,5% des voix, après avoir mené une campagne anti-immigration proche de celle du FPÖ. Celui-ci s'est classé troisième avec 26% des suffrages, juste derrière les sociaux-démocrates du SPÖ (27%).

Lors de la cérémonie, le président Alexander Van der Bellen a appelé la coalition de Sebastian Kurz à «respecter l'histoire autrichienne, (...) ses pages positives comme ses pages sombres», à «respecter les droits des minorités et ceux qui pensent différemment». Il s'est dit conscient que certains étaient «sceptiques voire hostiles» à la nouvelle majorité.

«Développement dangereux»

Le Haut-Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU Zeid Ra'ad Al Hussein s'est dit «très inquiet» de l'entrée de l'extrême droite au gouvernement, accusant M. Kurz de s'être rallié à des positions extrémistes, notamment sur l'immigration, pour parvenir au pouvoir. Cela constitue «un développement dangereux (...) dans la politique en Europe», a-t-il ajouté.

«La coalition désormais au pouvoir en Autriche doit susciter la vigilance des démocrates attachés aux valeurs européennes. La situation est sans doute différente par rapport au précédent de l'an 2000. Mais la présence de l'extrême droite au pouvoir n'est jamais anodine!», a écrit sur Twitter le commissaire européen aux affaires économiques et monétaires, Pierre Moscovici.

Israël a fait savoir qu'elle travaillerait avec le nouveau gouvernement autrichien. Elle n'aura toutefois «pour le moment» pas de contacts directs avec les ministres issus du parti d'extrême droite.

A Berlin, la chancelière Angela Merkel a dit espérer une bonne coopération avec le nouveau gouvernement autrichien. «Nous regarderons comment évolue la politique européenne de l'Autriche. Le chancelier Kurz a l'intention d'être un partenaire actif en Europe et je m'en réjouis.»

La France a adressé ses félicitations à Sebastian Kurz. Le nouveau chancelier a «affirmé son attachement aux valeurs européennes et au projet européen», a déclaré le porte-parole adjoint du ministère des Affaires étrangères, Alexandre Giorgini. Le président du Conseil européen Donald Tusk a aussi «chaleureusement félicité» Sebastian Kurz.

En 2000, des pays européens avaient imposé des sanctions à l'Autriche pour dénoncer la présence de l'extrême droite au gouvernement. Cette année, aucune initiative de ce genre n'a été prise.

(ats/nxp)

Créé: 18.12.2017, 22h13

Articles en relation

La Défense et l'Intérieur vont à l'extrême droite

Autriche L'extrême-droite autrichienne obtient 3 ministères dans le gouvernement et marque le projet de gouvernement. Plus...

L'extrême droite fait son retour en Autriche

Coalition Le conservateur Sebastian Kurz et le Parti de la liberté d'Autriche (FPÖ) ont annoncé vendredi avoir scellé un accord de coalition. Plus...

Législatives: les résultats définitifs bientôt connus

Autriche Le scrutin des élections législatives de dimanche a été remporté par le leader conservateur Sebastian Kurz, qui pourrait s'allier avec l'extrême droite. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.