L'Iran au menu d'une réunion à Varsovie

Moyen-OrientLa réunion de Varsovie visant à promouvoir «la paix et la sécurité au Moyen-Orient» continue ce jeudi. Présent, Netanyahu parle d'un événement historique.

La réunion a été inaugurée mercredi 13 février au Château royal à Varsovie.

La réunion a été inaugurée mercredi 13 février au Château royal à Varsovie. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le vice-président américain Mike Pence et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu tenteront jeudi à Varsovie d'accroître la pression sur l'Iran, lors d'une conférence internationale boudée par les responsables européens de premier plan inquiets de la ligne américaine affichée sur Téhéran.

Inaugurée mercredi au Château royal dans le centre historique de la capitale polonaise, cette réunion de deux jours a pour objectif flou de promouvoir «la paix et la sécurité au Moyen-Orient» mais se distingue davantage par les absences que par les personnalités présentes.

La plupart des grands pays européens n'ont envoyé à Varsovie que des responsables de deuxième plan. Elle est snobée par la Russie, qui organise jeudi des négociations parallèles à Sotchi avec le président iranien Hassan Rohani et le président turc Recep Tayyip Erdogan sur la Syrie, où Moscou est un acteur majeur. À Varsovie, la Turquie, membre de l'Otan, ne sera représentée que par du personnel de l'ambassade.

«Conférence mort-née»

Le démarrage mercredi de la conférence, sous la houlette des Etats-Unis, est également intervenu le jour d'un attentat suicide contre l'armée d'élite du régime en Iran, qui a fait 27 morts dans la province du Sistan-Balouchistan (sud-est).

Le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif a réagi en indiquant que «ce n'est pas une coïncidence que l'Iran ait été frappé par la terreur le jour même» où a démarré la conférence de Varsovie, qu'il a qualifiée de «cirque».

Téhéran l'avait qualifiée d'échec avant même son inauguration, affirmant que les États-Unis essayaient de parler au nom des autres pays plutôt que d'échanger des points de vue.

La conférence sur le Moyen-Orient de Varsovie est un tournant historique, a déclaré jeudi matin le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, présent dans la capitale polonaise. Cet événement est destiné notamment à intensifier la pression sur le régime iranien.

"Dans une seule salle en présence de près de soixante ministres représentant plusieurs dizaines de gouvernements, un Premier ministre israélien et des ministres des principaux pays arabes étaient côte à côte et ont parlé sur un ton particulièrement fort, avec clarté et unité contre le danger du régime iranien", a-t-il déclaré à la presse en évoquant le dîner d'ouverture la veille. "Je pense que cela témoigne d'un changement et d'une compréhension importante de ce qui constitue un danger pour notre avenir, ce qu'on doit faire pour la sécurité et la possibilité de parvenir à une coopération plus large que la sécurité dans tous les domaines de la vie", a-t-il encore dit. Au dîner organisé la veille au Château royal de Varsovie pour inaugurer cette conférence de deux jours, les participants ont souligné que Netanyahu était à la même table que de hauts responsables d'Arabie Saoudite, des Emirats Arabes Unis et de Bahrein - pays qui n'entretiennent pas de relations diplomatiques avec Israël mais partagent la même intransigeance sur l'Iran. Israël n'a de relations diplomatiques qu'avec deux pays arabes, l'Egypte et la Jordanie. M. Netanyahu a également rencontré à Varsovie Youssef ben Alaoui ben Abdallah, le chef de la diplomatie d'Oman, pays où il s'était rendu à la fin de l'année dernière. Oman entretient de bonnes relations avec les puissances régionales y compris l'Iran.

L'Europe en retrait Le vice-président américain Mike Pence et le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo participent tous deux à la conférence co-organisée avec la Pologne. Celle-ci recherche des relations étroites avec Washington face à la menace russe. L'Iran n'a pas été invité à la conférence de Varsovie. En revanche, jeudi, à Sotchi, sur les rives de la mer Noire, le président iranien Hassan Rohani rencontre ses homologues russe Vladimir Poutine et turc Recep Tayyip Erdogan pour tenter de relancer le règlement du conflit en Syrie alors que le groupe djihadiste Etat islamique (EI) est acculé et que Washington prépare son retrait militaire. La majorité des pays européens, inquiets de la ligne américaine affichée sur l'Iran, n'ont envoyé à la conférence de Varsovie que des responsables de deuxième plan. (afp/nxp)

Créé: 14.02.2019, 05h08

Articles en relation

Un sommet Russie-Iran-Turquie sur la Syrie

Diplomatie Poutine, Rohani et Erdogan se retrouvent en Russie jeudi afin de faire avancer le règlement du conflit en Syrie. Plus...

L'Iran a droit à récupérer ses avoirs gelés aux USA

Justice Washington voulait que les fonds bloqués appartenant à l'Iran soient utilisées pour les victimes. La justice lui a donné tort. Plus...

Netanyahu: «Nos missiles peuvent aller très loin»

Israël/Iran Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a vanté mardi la portée des missiles de son pays, dans un nouvel avertissement à l'Iran. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.