L'île de Marlon Brando, laboratoire contre le Zika

PolynésieUn million de moustiques porteurs d'une bactérie qui rend les oeufs stériles ont été lâchés sur l'île pour un test.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'île polynésienne aux eaux turquoises et sable blanc achetée par Marlon Brando dans les années 60 est le coeur d'une expérience prometteuse contre le virus Zika, à l'heure où les scientifiques du monde entier peinent à éradiquer l'épidémie.

Sur l'île de Tetiaroa, le biologiste français Hervé Bossin, chef du service d'entomologie de l'Institut Louis Malardé de Papeete -- la capitale de Tahiti et ses cinq archipels, 118 îles où vivent quelque 285'000 habitants -- a lâché depuis septembre 2015 plus d'un million d'insectes mâles biologiquement modifiés pour devenir porteurs d'une bactérie, la Wolbachia.

Quand ces insectes s'accouplent avec les femelles du moustique «tigre» qui transmet le virus du Zika et que l'on trouve à Tetiaroa, «le développement embryonnaire se bloque et les femelles se retrouvent stérilisées». «Leurs nouveaux oeufs ne pourront jamais éclore», a expliqué à l'AFP le chercheur.

Course mondiale

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a qualifié d'urgence mondiale l'épidémie depuis qu'elle a commencé à sévir en octobre au Brésil, pays le plus touché avec un million de personnes contaminées. La crise du Zika s'est étendue à une vingtaine d'autres pays sud-américains.

Le type de recherche mené à Tetiaroa à partir d'insectes modifiés est étudié dans plusieurs endroits du monde depuis plusieurs années, car le moustique tigre est également vecteur d'autres maladies ravageuses comme la dengue ou le chikungunya.

En parallèle, 18 laboratoires tentent de mettre au point un vaccin anti-Zika.

L'OMS a averti il y a quelques semaines que le premier anti-virus ne devrait pas être au point avant au moins 3 ans et elle anticipe quelque quatre millions de personnes contaminées cette année.

«Elimination interne»

L'étude en Polynésie française, financée par 300'000 dollars provenant des gouvernements français et polynésien en plus d'autres entités privées, est particulièrement porteuse d'espoir, parce qu'elle est en voie de parvenir à une «élimination interne» du moustique sur l'île.

«Nous avons obtenu une réduction à 1/20ème (des moustiques femelles) par rapport aux anciennes saisons des pluies», qui vont de novembre à mars, souligne Hervé Bossin.

«En poursuivant les lâchés, la population de moustiques va continuer à s'effondrer, on devrait tendre vers l'élimination puisqu'on a une population de moustiques qui est relativement isolée dans l'atoll de Tetiaroa» et qui ne va pas pouvoir se renouveler, poursuit-il.

Quel impact ?

Certains critiques s'alarment cependant du manque d'informations sur l'impact de l'éradication du moustique, ou le lâchage d'insectes modifiés en laboratoire sur l'environnement.

La Polynésie française avait souffert d'une épidémie de Zika entre octobre 2013 et mars 2014, celle-ci touchant entre 60% et 70% de sa population. Elle l'a surmontée avec des campagnes de sensibilisation, vaporisation d'insecticides et élimination des eaux stagnantes, principal nid de reproduction des moustiques.

Un an avant cette crise, Hervé Bossin avait déjà observé qu'un atoll de Tetiaroa réunissait les conditions «idéales» pour mener une étude pilote: «Il nous permet d'avoir un environnement bien cerné, où l'on peut contrôler une population de moustiques isolée».

Testament

L'ancien acteur américain Marlon Brando était tombé amoureux de l'île pendant le tournage en 1962 des «Révoltés du Bounty» et en avait fait son refuge loin de la frénésie d'Hollywood jusqu'à sa mort en 2004.

Dans son testament, il stipule que Tetiaroa doit contribuer à la préservation de l'environnement et à l'étude de la biodiversité.

«Tetiaroa ressemble à un petit village. Il n'y a qu'entre 150 et 200 personnes qui travaillent (dans l'hôtel). Il nous permet de vérifier l'efficacité (de l'étude) avant de s'attaquer à des systèmes plus complexes».

Eliminer les insecticides

La diminution des moustiques femelles est telle que «plus personne n'utilise dorénavant d'insecticide» dans l'île pour se protéger, fait valoir le biologiste comme preuve du succès de l'expérience.

Si les résultats positifs se confirment en juillet, à la fin attendue de l'étude, Hervé Bossin veut transférer sa technologie vers des îles plus grandes comme Tahiti, Moorea ou Bora Bora, plus fréquentées par les touristes, pour qu'elle puisse ensuite être appliquée dans d'autres zones touchées par le virus. (afp/nxp)

Créé: 02.04.2016, 02h30

Articles en relation

En plus de zika, la grippe H1N1 se répand au Brésil

Amérique du Sud L'épidémie a déjà gagné 11 États brésiliens à quelques mois des JO. Plus...

Beaucoup d'Américains mal informés sur Zika

Epidémie Alors que la saison des moustiques se profile, de nombreux Américains ignorent les risques que fait courir le virus, selon un sondage de l'Université de Harvard. Plus...

Cas de transmission sexuelle de Zika au Chili

Amérique du Sud Pour la première fois au Chili, le virus Zika a été transmis entre deux partenaires. Plus...

Le virus Zika présent depuis 2013

Amérique du Sud Le séquençade du génome de plusieurs virus permet d'établir l'histoire du Zika. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Ce week-end à Lausanne, les coureurs du semi-marathon et du marathon se verront proposer une bière (sans alcool) à l'issue de la course. Les organisateurs suivent ce qui se fait en Allemagne ou en Suisse alémanique. Car la bière est isotonique, riche en vitamines B10 et B12, et passe mieux que certaines autres boissons.
(Image: Bénédicte) Plus...