La bataille d'Alep se poursuit

SyrieL'armée syrienne serait rentrée ce matin avec des chars et des véhicules blindés dans le quartier rebelle de Salaheddine. «La reprise du quartier va prendre peu de temps, même s'il restera quelques poches de résistance», a affirmé une source de sécurité à Damas.

Alep est le théâtre d'affrontements depuis le 20 juillet.

Alep est le théâtre d'affrontements depuis le 20 juillet. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La bataille d'Alep, la deuxième ville de Syrie, a été déclenchée mercredi matin avec le lancement de l'offensive terrestre de l'armée qui a pénétré avec des chars et des véhicules blindés dans le quartier rebelle de Salaheddine, théâtre des plus féroces combats depuis le 20 juillet.

Cette offensive intervient au lendemain de la promesse du président Bachar al-Assad de «purger» les pays des «terroristes», un terme que son régime utilise pour désigner les rebelles. «L'offensive a réellement commencé», a affirmé une source de sécurité à Damas. «L'armée avance pour couper Salaheddine en deux. La reprise du quartier va prendre peu de temps, même s'il restera quelques poches de résistance», a-t-elle prédit.

Si l'agence officielle Sana affirme que l'armée syrienne a déjà pris le contrôle du quartier de Salaheddine, les forces rebelles démentent. «C'est vrai qu'il y a une attaque barbare et sauvage du quartier mais c'est faux de dire que l'armée du régime à pris le contrôle du quartier», a affirmé le colonel dissident Abdel Jabar al-Oqeïdi.

Selon un commandant rebelle dans cette ville qui constitue le poumon économique du pays, «les forces du régime ont avancé du côté de la rue al-Malaab avec des chars et des blindés et des combats féroces se déroulent actuellement dans cette zone».

Les soldats loyalistes poursuivent leur tentative de reprise du quartier et les rebelles ont du mal à lancer des contre-offensives à cause des tireurs embusqués, selon ce commandant rebelle. «Il s'agit des combats les plus féroces autour du quartier et dans certaines rues de Salaheddine», depuis le début des affrontements entre rebelles et forces gouvernementales à Alep le 20 juillet, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

200'000 hommes

L'armée a acheminé 20'000 hommes pour mener une bataille cruciale pour le régime du président Assad, confronté à une révolte depuis seize mois et qui s'est militarisée au fil du temps face à la répression brutale. Les affrontements de ces derniers jours à Alep ont suscité la réprobation d'Amnesty International. L'ONG de défense des droits de l'Homme a dénoncé la violence des bombardements en s'appuyant sur des images satellitaires montrant l'utilisation d'armes lourdes sur des zones résidentielles.

Selon Amnesty, les images satellitaires montrent à Alep et dans la petite ville voisine d'Anadane plus de 600 cratères formés par l'impact d'obus d'artillerie et démontrant la violence des combats dans cette ville du nord-ouest du pays.

Mercredi, au moins 16 personnes sont mortes à Alep, dont une femme et deux enfants tués par une roquette tombée sur leur maison, a indiqué l'OSDH qui fait état de 22 morts sur l'ensemble du pays.

Avant de pénétrer dans Salaheddine, l'armé a pilonné les quartiers de Kartadji, Tariq al-Bab et Chaar, selon l'OSDH, une ONG basée en Grande-Bretagne, qui travaille avec un réseau de militants et de témoins à travers la Syrie. Selon l'OSDH, 225 personnes sont mortes mardi sur l'ensemble du territoire, parmi lesquelles 129 civils, 50 rebelles et 46 soldats loyalistes.

«Le peuple syrien et son gouvernement sont déterminés à purger le pays des terroristes,» a promis mardi Bachar al-Assad en recevant un émissaire du guide suprême iranien l'ayatollah Ali Khamenei. Saïd Jalili lui a répondu que «l'Iran ne permettra jamais la destruction de l'axe de la résistance dont la Syrie est un pilier essentiel», jugeant que «la situation en Syrie n'est pas une crise interne mais un conflit opposant l'axe de la résistance dans cette région» à Israël et aux Etat-Unis.

Rencontre

L'Iran, fidèle allié de Damas, organise jeudi une rencontre avec des pays ayant «une position réaliste» sur la crise, selon Téhéran .Le Liban, où une dizaine d'obus sont encore tombés dans la nuit de mardi à mercredi sans faire de victime, a déjà fait savoir qu'il n'y participerait pas en respect de sa «neutralité» sur le conflit. Pas plus que Kofi Annan, le médiateur international qui a démissionné la semaine dernière.

«Ni Kofi Annan ni personne de ses services ne se rendra aux discussions de Téhéran», a déclaré un porte-parole de l'ONU. L'Iran s'inquiétait toujours par ailleurs du sort de 48 de ses ressortissants partis en pèlerinage sur un lieu chiite près de Damas et enlevés samedi par l'Armée syrienne libre (ASL) qui les accuse d'être des Gardiens de la révolution, corps d'élite du régime islamique.

Téhéran, qui a demandé la «coopération» du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon pour obtenir leur libération, a affirmé qu'un certain nombre de ces personnes sont des «retraités des Gardiens de la révolution et de l'armée mais aussi d'autres administrations». (AFP/nxp)

Créé: 08.08.2012, 13h01

Dossiers

Afflux de réfugiés en Turquie

L’afflux de réfugiés en Turquie s’accélère. Environ 2400 personnes ont fui les combats en Syrie au cours de la nuit de mardi à mercredi, contre 1300 la veille, rapporte l’agence anatolienne de presse.

Les nouveaux arrivants sont surtout des femmes et des enfants en provenance des grandes villes proches de la frontière, Idlib et Alep, où se déroulent des combats, dit l’agence signalant la défection de 37 nouveaux militaires.

Le ministère turc des Affaires étrangères avait indiqué mardi que 47'500 réfugiés se trouvaient désormais en Turquie contre 44'000 à la fin juillet. La Turquie s’inquiète d’un afflux de personnes fuyant les combats dans Alep, principale ville de Syrie. Plus de 600 cratères L’organisation Amnesty International a publié mercredi des images satellitaires montrant l’étendue des dégâts provoqués par le pilonnage de l’artillerie gouvernementale sur les positions tenues par les rebelles.

Les clichés, qui ont été pris entre le 23 juillet et le 1er août, montrent plus de 600 cratères probablement creusés par des obus dans les quartiers périphériques de la ville.

La bataille d'Alep

Articles en relation

Bachar al-Assad s'est exprimé à la télévision

Syrie Le président Bachar al-Assad a fait une apparition à la télévision publique syrienne mardi. Il s'agit de sa première prise de parole publique depuis le 22 juillet dernier. Plus...

Le premier ministre syrien rejoint l'opposition

Syrie Après avoir fait défection, le Premier ministre syrien, Riad Hijab, a annoncé vouloir rejoindre l'opposition. Un peu plus tôt, la télévision d'Etat avait annoncé que le chef du gouvernement avait été démis de ses fonctions. Plus...

Bombardements et combats font rage à Alep

Syrie L'armée syrienne pilonnait dimanche le quartier Salaheddine, principal bastion rebelle à Alep, alors que des combats se déroulaient dans plusieurs autres quartiers. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...