La défaite de Geert Wilders rassure l'Europe

Pays-BasLe parti d'extrême droite de Geert Wilders n'a gagné que quatre sièges, aux législatives, mercredi soir.

Les Néerlandais étaient appelés aux urnes, mercredi.
Vidéo: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Premier ministre libéral néerlandais Mark Rutte, qui semble avoir facilement battu son rival d'extrême droite Geert Wilders mercredi aux législatives, au grand soulagement de l'Europe, a salué une victoire contre ce qu'il appelle «le populisme de mauvais aloi».

Après le Brexit au Royaume-Uni et la victoire de Donald Trump à la présidentielle américaine, tous les yeux étaient braqués sur la formation de Geert Wilders, dont le score était attendu comme un baromètre de la montée du populisme en Europe, à moins de 40 jours de la présidentielle française et avant les législatives allemandes de l'automne.

Selon des résultats temporaires compilés par l'agence de presse néerlandaise ANP, sur la base de 54,8% des voix, le VVD de Mark Rutte remporterait 32 sièges sur les 150 de la chambre basse du parlement néerlandais.

Wilders prêt à gouverner «si cela est possible»

Une perte de 9 sièges certes par rapport aux dernières élections en 2012, mais une nette avance cependant sur le PVV de Wilders, qui n'aurait lui gagné que quatre sièges de députés, avec 19 élus.

Assurant qu'il s'agissait là d'un «succès», celui-ci s'est déjà positionné dans la nuit en vue des longues négociations qui commenceront dès ce jeudi, en se déclarant prêt à gouverner «si cela est possible», bien que l'ensemble des autres partis aient exclu une telle collaboration. «Si cela ne marche pas, nous supporterons le gouvernement où cela est nécessaire, sur les questions qui nous sont chères», a-t-il ajouté.

Ces résultats ont provoqué un véritable soulagement à travers le vieux continent, le président François Hollande saluant ainsi «une nette victoire contre l'extrémisme». «Les valeurs d'ouverture, de respect de l'autre et de foi en l'avenir de l'Europe sont la seule véritable réponse aux pulsions nationalistes et de repli sur soi qui secouent le monde», a conclu François Hollande.

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a lui salué «un vote pour l'Europe, contre les extrémistes», alors que la chancelière allemande Angela Merkel, selon son porte-parole, s'est réjouie de «poursuivre une bonne collaboration en tant qu'amis, voisins, Européens».

«Politiciens raisonnables»

Célébrant sa victoire, le Premier ministre a lui assuré devant une salle bondée de La Haye qu'«après le Brexit et après les élections aux Etats-Unis, les Pays-Bas ont dit stop au populisme de mauvais aloi».

Au cours d'une campagne marquée par les questions d'identité, Mark Rutte, tout comme les leaders de certains autres partis, avait pourtant intégré quelques éléments auparavant réservés à son rival, invitant par exemple ceux qui ne respectent pas les valeurs néerlandaises à quitter ce pays de 17 millions d'habitants.

Dans son programme politique succinct, Geert Wilders promettait d'interdire l'accès des Pays-Bas aux immigrants musulmans, d'interdire la vente du Coran et de fermer les mosquées, dans un pays dont la population compte environ 5% de musulmans.

Crédité de 36 sièges il y a quelques mois, son Parti pour la liberté (PVV) était doucement retombé dans les sondages à l'approche des élections. Ce n'est pas la première fois que l'élu à la chevelure péroxydée, qui avait obtenu son meilleur résultat en 2010 avec 24 sièges, voit son score dégringoler entre les prédictions des sondages et le résultat du scrutin.

«Le PVV (de M. Wilders) n'est pas une force révolutionnaire version Trump», a commenté pour l'AFP Geerten Waling, chercheur en histoire politique à l'université de Leiden. «Et même si le résultat (du PVV) n'est pas minime, les gens sont globalement restés du côté des hommes politiques raisonnables».

Négociations

Les chrétiens-démocrates du CDA et les progressistes de D66 auraient aussi remporté 19 sièges chacun, tandis que les travaillistes du PvdA, partenaires de la coalition sortante, auraient eux enregistré une défaite historique, passant de 38 députés à 9 seulement. Les écologistes de GroenLinks, menés par le jeune et charismatique Jesse Klaver, ont par contre quadruplé leur score avec 16 sièges de députés.

Le système électoral néerlandais à la proportionnelle presque intégrale oblige à créer des coalitions et dans un paysage aussi fragmenté la formation du prochain gouvernement pourrait prendre des mois. Le record actuel est de 208 jours.

Le CDA et D66 sont des partenaires naturels pour les libéraux, mais une telle coalition aurait besoin d'un parti supplémentaire pour obtenir la majorité de 76 sièges. Les regards se portent vers les chrétiens (CU, 6 sièges) et les protestants rigoristes du SGP (3 sièges), mais les écologistes pourraient également jouer un rôle important.

Le scrutin a été marqué par une participation massive: 81% des 12,9 millions d'électeurs se sont rendus aux urnes, selon l'Institut de sondage Ipsos. Aux dernières élections en 2010 et 2012, ces taux étaient de 74,6% et 75,3%. (ats/nxp)

Créé: 15.03.2017, 21h20

Articles en relation

La participation aux législatives est importante

Pays-Bas La campagne a été marquée par les questions de l'identité et de l'immigration dans ce pays de 17 millions d'habitants. Plus...

Les Néerlandais appelés aux urnes

Pays-Bas Le parti du populiste Wilders pourrait emporter ce scrutin, considéré comme un baromètre du populisme en Europe. Plus...

Geert Wilders est-il le «Trump néerlandais»?

Pays-Bas Le Parti pour la liberté du député populiste a échoué mercredi à battre les libéraux du Premier ministre Mark Rutte. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Visite du pape en Suisse, paru le 21 juin.
(Image: Bénédicte) Plus...