La «haine» contre le «roi» Macron, objet de la colère

«Gilets jaunes»Les revendications des «gilets jaunes» traduisent le fossé entre riches et pauvres en France et prennent des allures de révolte contre un président «roi».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Il croit qu'il est Dieu.» «C'est le roi. Il ne voit rien.» Sur les barrages à travers la France, c'est la personne même du président Emmanuel Macron qui nourrit la colère des «gilets jaunes».

«Emmanuel Macron, c'est un petit gamin à qui on a toujours dit tu es le meilleur . On ne lui a jamais dit c'est pas bien . Le type croit encore qu'il est Dieu.» Claudio, 47 ans, bloque l'accès à un dépôt pétrolier près du Mans (ouest), avec une cinquantaine d'autres «gilets jaunes».

«Il mérite qu'on lui coupe la tête -- de manière symbolique bien sûr», ajoute ce père de famille. La hausse des taxes sur les carburants, l'augmentation des impôts des retraités, la baisse du pouvoir d'achat font partie de la longue liste des doléances des «gilets jaunes» qui, vêtus de la veste fluorescente que doit posséder chaque automobiliste, manifestent depuis trois semaines, parfois violemment. Mais, au-delà, leur cible principale semble être le président lui-même.

Ancien banquier de la très sélecte Banque Rothschild, le plus jeune président français, élu en 2017 au terme d'une ascension météoritique, traîne une image de «président des riches», en particulier depuis qu'il a supprimé, dès son arrivée, un impôt qui frappait les plus grandes fortunes de France.

Surnommé «Jupiter», soit le Dieu des dieux, mot qu'il avait lui-même employé, il a été régulièrement critiqué pour ses saillies jugées méprisantes. Il avait notamment enjoint à des manifestants licenciés d'aller se chercher un travail «au lieu de foutre le bordel», et promis de ne rien céder, «ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes».

En visite mardi au Puy-en-Velay, une commune du centre de la France où des bâtiments officiels ont été incendiés, le président s'est fait huer par des «gilets jaunes», tandis que les insultes fusaient parmi les «Macron démission».

- «Un jeu à deux» -

«Les mots qui reviennent à son sujet, c'est hautain et autiste . Entre nous, on les appelle les têtologues , des gens qui sont déconnectés de la réalité, de la base, des Français», dit Yves Garrec, l'un des porte-paroles des «gilets jaunes» de Toulouse (sud-ouest).

«C'est vraiment Macron le problème. Les gens ont développé une haine, moi la première», rapporte Marine Charrette-Labadie, une chômeuse de 22 ans à Brive (centre). Au péage de la sortie de l'A50 à La Ciotat (sud-est), Josette, une retraitée de 65 ans, se désole: «J'ai la haine contre cet homme et pourtant, j'ai voté pour lui au deuxième tour.»

«C'est le roi. Il ne voit rien, rien, rien, rien», enrage Philippe, 74 ans et chef de file d'un groupe de «gilets jaunes» qui filtre régulièrement la circulation dans la région du Mans. «Ce n'est pas nouveau que tout converge vers le président», dit un proche de l'Élysée.

La différence, estime Philippe Moreau-Chevrolet, spécialiste en communication politique, c'est qu'«Emmanuel Macron s'est placé, dès le début de son mandat, dans un jeu à deux: le président et les Français». Or cette politique «sans les corps intermédiaires, quasi seul, avec un entourage inexpérimenté» amène, selon lui, «un dialogue anxiogène».

Ce face-à-face, personnalisé à outrance, s'exprime notamment lorsque les «gilets jaunes» disent vouloir «aller chercher Macron comme il nous l'a demandé», en référence à une phrase du président au moment de l'affaire Benalla, du nom d'un ancien collaborateur du président poursuivi pour violences.

Emmanuel Macron «qui systématiquement prend les Français de haut - c'est le sentiment qu'il donne - met de l'huile sur le feu», analysait récemment sur la chaîne Public Sénat Flore Santisteban, spécialiste des mouvements sociaux et enseignante à Sciences Po Paris. «Et donc cristallise une forme de haine» qui est même «plus que de la haine maintenant. C'est de la rage.»

«Il est en train de mettre le feu au pays. La surdité du gouvernement amène l'hystérisation du mouvement à un niveau de paroxysme», estime Marc Beaulaton, un retraité de 59 ans qui se dit un des «pacifistes» du blocage près du Mans. (afp/nxp)

Créé: 05.12.2018, 18h26

Pour 78% des Français, les attentes des «gilets jaunes» non satisfaites

Pour près de huit Français sur dix (78%), les annonces du gouvernement ne répondent pas aux attentes exprimées par les «gilets jaunes», selon un sondage Elabe diffusé mercredi.
L'approbation de la mobilisation reste par ailleurs élevée après les annonces du Premier ministre Edouard Philippe, avec 72% (-3) des Français qui ont de la sympathie pour le mouvement ou le soutiennent.
Dans le détail, 46% (=) disent soutenir et 26% (-3) avoir de la sympathie pour le mouvement. 21% ( 4) des Français interrogés y sont opposés et 6% (-2) indifférents, selon cette enquête pour BFMTV.
Aucune des mesures annoncées mardi par Edouard Philippe n'est réellement perçue comme efficace pour améliorer le pouvoir d'achat. Avec toutefois en tête la suspension de l'augmentation des tarifs du gaz et de l'électricité, jugée «efficace» par 45% des personnes interrogées, loin devant la suspension de six mois de la hausse des taxes sur les carburants (32%).
Pour près de deux Français sur trois (63%), la mobilisation doit se poursuivre, un pourcentage en nette baisse (-6) par rapport à une précédente enquête fin novembre. Pour 37% ( 6), elle doit s'arrêter.
Les Français condamnent en revanche massivement (82%) les violences qui se sont produites samedi durant la mobilisation, même si 37% disent les comprendre.
La proportion de ceux qui se définissent comme «gilets jaunes» est stable à 20%, avec une «forte surreprésentation» des électeurs d'extrême droite (36% de ceux se disant «gilets jaunes» ont voté pour Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle) et de la gauche radicale (28% ont voté Jean-Luc Mélenchon). Seuls 5% ont voté pour Emmanuel Macron.
Avec plus de 70% d'approbation, le mouvement est dans la moyenne haute des mobilisations approuvées par les Français, derrière celle des policiers pour dénoncer le manque de moyens en 2016 (88%) et celles des personnels des EHPAD (86%) et des retraités (81%) en mars dernier.
Enquête réalisée en ligne les 4 et 5 novembre auprès de 1.002 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1,4 à 3,1 points.

Articles en relation

«Gilets jaunes»: plan de crise à l'épreuve des élus

France Après avoir fait une concession aux «gilets jaunes», le Premier ministre doit défendre mercredi son plan de crise devant les députés. Plus...

Déterminés, les «gilets jaunes» restent sourds aux mesures du gouvernement

France Sur les ronds-points du Calvados, les annonces du premier ministre n’ébranlent pas les contestataires. Reportage. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 18 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...