La mort de Khashoggi plane sur le sommet de Riyad

Economie À l’occasion de la Future Investment Initiative, en Arabie saoudite, des contrats pour plus de 50 milliards ont été signés.

Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, à la Future Investment Initiative de Riyad, mardi.

Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, à la Future Investment Initiative de Riyad, mardi. Image: EPA/BANDAR ALGALOUD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Un crime haineux!» C’est en ces termes que le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, a présenté mercredi la mort de Jamal Khashoggi, lors d’une allocution à la deuxième Future Investment Initiative (FII), à Riyad: «Ceux qui sont derrière ce crime devront rendre des comptes et, à la fin, la justice prévaudra.»

Le deuil du chroniqueur du «Washington Post», ex-conseiller du prince saoudien Tourki ben Fayçal (chef des services secrets du royaume pendant vingt-quatre ans), a donc marqué de tout son poids la FII de cette année. La dimension des horreurs suspectées et les nombreux désistements à cet événement n’ont cependant guère nui à ce grand raout financier international se terminant ce jeudi.

Premier bilan: pour plus de 50 milliards de dollars (presque autant en francs) de contrats ont déjà été signés à Riyad, notamment dans les domaines des carburants, du gaz et des transports, selon les autorités saoudiennes.

À cela s’ajouterait un accord avec le groupe technologique allemand Siemens. Il porterait sur la construction d’une centrale électrique, devisée à près de 20 milliards de dollars. La signature de cet énorme contrat n’aurait été que reportée, selon l’agence d’information américaine Bloomberg, du fait de l’absence à Riyad de Joe Kaeser, président du directoire de Siemens. Celle-ci s’ajoutant à beaucoup d’autres.

L’une d’entre elles a marqué les esprits, autant en Suisse que dans le reste du monde. Conseiller mandaté par les organisateurs, donc membre de l’advisory board, et président du directoire de Credit Suisse, Tidjane Thiam a préféré ne pas honorer son engagement à Riyad.

Le directeur général de JP Morgan, James Dimon, le patron du deuxième constructeur automobile américain, Bill Ford, celui d’Uber, Dara Khosrowshahi, et le fondateur de Virgin, Richard Branson, ont eux aussi renoncé à être présents. Sans oublier la directrice du Fonds monétaire international, Christine Lagarde.

Ces absences auraient particulièrement stimulé les contacts et les échanges avec des entreprises russes et d’Extrême-Orient, selon Riyad. À l’instar du constructeur automobile sud-coréen Hyundai Group. Parmi les Occidentaux, la présence de Patrick Pouyanné, président des directoire et conseil d’administration du groupe pétrolier français Total, n’a pas manqué de retenir l’attention.

«C’est dans les moments difficiles que vous renforcez vraiment le partenariat», a déclaré le patron de Total à l’intention du ministre saoudien de l’Énergie, Khaled al-Faleh. Celui-ci n’a pas manqué d’apprécier l’hommage. (24 heures)

Créé: 24.10.2018, 19h44

Articles en relation

Erdogan incrimine Riyad mais tend la main au roi

Turquie Le président turc dénonce le «meurtre sauvage» de Khashoggi commandité en haut lieu par des Saoudiens. Plus...

L'affaire Khashoggi, une carte maîtresse dans le jeu d'Erdogan

Diplomatie Le président turc surfe sur ce thriller géopolitique. Pour en tirer quels avantages? Plus...

Khashoggi, l’ami des princes, devenu trop dangereux pour l’Arabie saoudite

Récit Ancien compagnon de route des djihadistes, le journaliste était devenu le pourfendeur du pouvoir de «MBS». Plus...

«Affaire Khashoggi ou pas, la guerre au Yémen est ignorée»

Guerre Pris entre la coalition et les rebelles houthis, les civils meurent dans l’indifférence générale. MSF témoigne. Plus...

En Arabie saoudite, la monarchie temporise sur l’affaire Khashoggi

Disparition À Riyad, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo n’a reçu que l’assurance d’une enquête approfondie sur la disparition du journaliste. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.